Évaluer cette ressource


Tn 73 le dolique d egypte lablab purpureus thumbnail 0

Environ 98% de la production agricole dans les régions soudano-sahéliennes d’Afrique occidentale et centrale est basée sur les cultures pluviales. Avec une pluviométrie annuelle moyenne de 300 à 800 mm/an, le nombre de cultures de base est très limité. On distingue deux céréales: le mil (Pennisetum glaucum) pour les sols sableux et le sorgho (Sorghum bicolor) pour les sols lourds. (Le maïs est cultivé dans les régions de fortes précipitations.) Deux légumineuses sont également produites: le niébé (Vigna unguiculata) et l’arachide (Arachis hypogaea).

Toutes ces cinq espèces de cultures sont semées au début de la saison des pluies et récoltées trois à quatre mois plus tard. Les rendements moyens de ces cultures sont seulement de 20% de leur potentiel pour trois raisons principales:

1. La très faible fertilité des sols soudano-sahéliens combiné avec le fait que les agriculteurs n’ajoutent pas d’engrais chimiques;
2. Des précipitations sporadiques et des sécheresses fréquentes;
3. Des maladies et des ravageurs qui attaquent ces cultures.

Dans la zone soudano-sahélienne, un système agro-pastoral est pratiqué. L’importance relative de la composante élevage augmente à mesure que nous avançons vers les régions de faibles précipitations. La production d’aliments pour animaux est un élément très important du système de production. Ces aliments sont fournis par le foin produit à partir de niébé et les tiges d’arachide, et la paille du sorgho et du millet.

Au cours des dernières années, les agriculteurs du nord du Nigeria et de la région de Tahoua au Niger ont découvert et libéré le potentiel du dolique d’Egypte (Lablab purpureus) comme culture pour les régions semi-arides des régions soudano-sahéliennes