Par: Dr Shahzad Basra, Professeur d’Université, Université de l’Agriculture, Faisalabad, Pakistan shehzadbasra@gmail.com
Publié: 08/04/2016


En Novembre 2015, Dr. Tim Motis, membre du personnel de ECHO a assisté au premier symposium international sur le Moringa à Manille aux Philippines. Là, il a rencontré le Dr Basra, qui a largement étudié et promu le moringa et qui a présenté une communication avec des informations précieuses sur l’extrait de feuilles de moringa. La recherche de Basra sur l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa pour améliorer les rendements des cultures reprend et confirme les conclusions de Nikolaus Foidl, dont le travail de pionnier dans ce domaine a été brièvement résumé dans EDN 68 (en 2000) dans un article de Lowell Fuglie, l’un des premiers promoteurs du moringa. Basra a gracieusement accepté de partager ce qu’il a appris sur ce sujet avec le réseau de ECHO. Voici ses réponses à nos questions.

Editeurs: Pour ceux qui ne sont pas au courant de ce concept, pourriez-vous décrire brièvement ce que c’est que « l’extrait de feuilles de moringa » et à quoi est-il destiné?

Basra: les feuilles de Moringa sont riches en nombreux composés qui peuvent être utiles dans la promotion de la croissance de la plupart des plantes. Lorsque l’extrait de feuilles de moringa (EFM) est appliqué à une dose optimisée, il augmente la croissance, soulage les stress biotiques et abiotiques, et améliore parfois la qualité et le rendement du produit. Typiquement, l’EFM est appliqué sur les feuilles en pulvérisation foliaire.

Editeurs: Comment avez-vous connu l’extrait de feuilles de moringa et vous êtes-vous intéressé à son étude?

Basra: j’ai connu l’EFM grâce à Nikolaus Foidl et ses collègues (Foidl et al., 2001), qui ont été les premiers à indiquer que les feuilles de moringa sont riches en beaucoup d’hormones de croissance, en antioxydants et en minéraux, et qu’une solution aqueuse diluée (faites avec des feuilles tendres de moringa) peut augmenter le rendement de nombreuses cultures jusqu’à 20-35%.

Editeurs: Parlez-nous de vos recherches à ce sujet. Quelles cultures avez-vous essayé avec l’EFM? Avez-vous trouvé les résultats cohérents?

Basra: Lors d’un séjour à l’Université de Californie, Riverside, j’ai testé le concept de l’EFM rapporté par Foidl et ai constaté que l’extrait aqueux de feuilles de moringa fraîches pulvérisé sur la tomate cerise augmente de façon significative les périodes de fructification, le nombre de fruits et le rendement final de la tomate. Ensuite, j’ai analysé les feuilles de moringa et trouvé qu’elles sont riches en cytokinines (hormones végétales qui favorisent la division cellulaire) sous la forme de zéatine, ainsi que des niveaux élevés d’antioxydants totaux, des protéines solubles et du potassium. A mon retour au Pakistan, j’ai continué cette recherche sur un certain nombre de cultures. Un extrait de feuilles de moringa séchées était également efficace en tant que promoteur de croissance. Cependant, dans la plupart des expériences, l’augmentation maximale du rendement a été obtenu avec de l’EFM fait à partir des feuilles fraîches/vertes (comprenant 3% du poids de la solution à base d’eau, une recette pour les agriculteurs est décrit plus loin), utilisé pour amorcer les semences de cultures (en les trempant dans l’EFM pendant 8 heures avant de les semer), puis également appliqué en pulvérisation foliaire à des stades critiques de la croissance de la culture.

Il y a au moins trois différents types de Moringa oleifera au Pakistan. Ils comprennent deux types locaux avec des graines à peau blanche ou noire, et une variété indienne cultivée appelée ‘PKM1’. Des extraits de ces trois sources de moringa ont été comparés, et tous étaient efficaces en tant que facteurs de croissance. Cependant, le cultivar traditionnel ayant des graines blanches a mieux réussi que les autres.

J’ai testé l’extrait sur un grand nombre de cultures, y compris le maïs, le coton, le riz, le blé, le canola, les pois, la carotte, le radis, le gombo, les épinards, les agrumes, les graminées des prairies, la tomate, le tournesol et le sorgho. Dans toutes les expériences, les rendements économiques ont augmenté de 13 à 40%. J’ai alors évalué l’EFM à application foliaire pour voir son potentiel à stimuler la tolérance des différentes cultures à différents stress tels que la salinité, la sécheresse et la chaleur. L’application de l’EFM a provoqué avec succès la tolérance au stress dans la plupart des cas. Bien que les résultats variaient (avec l’EFM utilisé dans des conditions, des lieux et avec des cultures différentes), il y avait toujours une augmentation du rendement.

Editeurs: D’après ce que vous avez observé au Pakistan ou ailleurs, les agriculteurs ont-ils adopté l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa?

Basra: Cette technique est adoptée avec succès par de nombreux agriculteurs, dont la plupart ont de petites exploitations et dont l’accès aux engrais appropriés est limité. Dans de telles conditions de production, l’augmentation du rendement des cultures est encore meilleure (que sur les parcelles de recherche qui reçoivent des engrais adéquats). De nombreux agriculteurs progressistes (les plus disposés à essayer de nouvelles idées) ont également adopté cette technique. Cependant, la plupart des agriculteurs sont réticents à l’adopter en raison du coût du travail supplémentaire ou de l’indisponibilité du moringa.

Editeurs: Comment proposeriez-vous que l’agriculteur ou le praticien de développement fasse préparer et appliquer l’extrait? Quelle proportion de feuilles par rapport à l’eau devrait-on utiliser par exemple, pour une application à l’aide d’un pulvérisateur à réservoir dorsal?

Basra: Pour la communauté agricole, nous avons développé une méthode très simple pour préparer l’EFM et l’appliquer aux cultures. Habituellement, un pulvérisateur à réservoir dorsal de 20 litres de capacité est utilisé au Pakistan. Prenez un kilogramme de feuilles de moringa fraîches, enveloppez-les dans une toile à fromage, et battez la toile avec un bâton en bois pour écraser les feuilles. Les feuilles écrasées, toujours à l’intérieur de la toile à fromage, sont utilisées comme un sachet de thé. L’EFM peut être obtenu en trempant les feuilles enroulées dans la toile plusieurs fois dans un pulvérisateur à réservoir dorsal rempli d’eau. Sinon, les feuilles broyées dans la toile à fromage peuvent être immergées dans de l’eau et on les laisse tremper pendant 5 à 10 minutes. L’extrait résultant a la dilution requise pour l’amorçage ou la pulvérisation. Trois de ces réservoirs (3 kg de feuilles fraîches dans 60 litres d’eau) sont pulvérisés sur une acre (0,4 ha). Cette technique simple connait des succès chez de nombreux agriculteurs.

Editeurs: des facteurs tels que le moment de l’application ou l’âge des feuilles de moringa sont-ils déterminants pour le succès dans l’utilisation de l’EFM? Avez-vous eu à relever des défis avant de connaitre des succès avec l’EFM?

Basra: Je recommande deux à trois pulvérisations, aux stades critiques d’une culture. Une culture de blé, par exemple, pourrait être pulvérisée aux stades du tallage, du gonflement et de l’épiaison. Quand une culture est jeune, trois réservoirs de 20 litres de pulvérisation par acre seront suffisants. Utilisez quatre réservoirs par acre aux stades de croissance ultérieurs.

Le meilleur moment pour pulvériser est le soir ou tôt le matin, surtout dans les climats chauds.

L’efficacité de l’EFM provenant de feuilles d’arbres matures est presque la même que celle des feuilles d’une plante de moringa à nombreuses découpes et densément plantée. Cependant, une parcelle à gestion intensive de moringa à nombreuses découpes se prête bien à des récoltes répétées de grandes quantités de feuilles de moringa.

Récemment, j’ai étudié la durée de vie effective de l’EFM, de sorte qu’il puisse être commercialisé ou utilisé pendant des périodes où les feuilles de moringa sont moins disponibles. Je constate que l’efficacité de l’EFM diminue après un mois. Il serait difficile de commercialiser l’EFM avec seulement un mois de durée de vie effective. Plus de recherches sont nécessaires pour étudier l’efficacité des feuilles de moringa séchées comme source d’extrait aqueux. Les feuilles séchées pourraient être conservées pendant une période de temps avant de préparer l’extrait.

Editeurs: Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui est en train de l’essayer d’abord, pour évaluer son potentiel pour une zone de projet donnée? Y a-t- il des publications, par exemple, que vous proposeriez pour plus de lecture en profondeur?

Basra: je conseille qu’ils considèrent la santé des plantes de moringa à partir desquelles ils préparent l’extrait. Retirez toutes les plantes endommagées ou malades du champ, et prenez seulement des plantes de moringa bien portantes pour l’extrait de feuilles.

Je publie régulièrement des articles en langues locales dans des journaux et des magazines d’agriculteurs, pour partager avec les agriculteurs sur les avantages et l’utilisation de moringa, y compris l’utilisation de l’EFM comme un optimiseur de croissance. J’ai également enregistré de nombreux entretiens à la radio et à la télévision, et les clips vidéo sont disponibles sur Facebook et YouTube.

Editeurs: Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, comment les gens pourraient-ils vous contacter au cas où ils aimeraient vous poser des questions?

Basra: J’organise des journées d’agriculteurs régulièrement sur le terrain pour enseigner et motiver les agriculteurs à utiliser l’EFM, et je fournis de la littérature en langue locale. J’ai également créé une page Facebook appelée «Moringa for Life», où ces informations sont partagées. Les agriculteurs me contactent régulièrement par téléphone ou via les réseaux sociaux sur la disponibilité, les avantages et l’utilisation du moringa.

Références et autres lectures

Afzal I, B Hussain, SMA Basra, et H Rehman (2012). Priming with moringa leaf extract reduces imbibitional chilling injury in spring maize [L’amorçage à l’extrait de feuilles de moringa réduit l’accident de réfrigération en imbibition du maïs du printemps]. Seed Sci Technol. 40: 271-276.

Basra SMA, MN Iftikhar, et je Afzal (2011). Potential of moringa (Moringa oleifera) leaf extract as priming agent for hybrid maize seeds [Potentiel de l’extrait de feuilles du Moringa (Moringa oleifera) comme agent d’amorçage pour les semences de maïs] hybride]. Int J Agri Biol. 13: 1006-1010.

Foidl N, HPS Makkar et K Becker (2001). The potential of Moringa oleifera for agricultural and industrial uses [Le potentiel de Moringa oleifera pour les usages agricoles et industriels. Dans: Actes de l’atelier international sur « Quel potentiel de développement pour les produits du moringa?] », Pp 47-67.. Dar-es- Salaam, en Tanzanie.

Nouman, W, MT Siddique et SMA Basra (2012a). Moringa oleifera leaf extract: An innovative priming tool for rangeland grasses [Extrait de feuilles de Moringa oleifera: Un outil innovant d’amorçage pour les graminées des pâturages]. Turc. J. Agri. Pour. 36: 65- 75.

Nouman, W, MT Sidduqe, SMA Basra, je Afzal et H Rehman (2012). Enhancement of emergence potential and stand establishment of Moringa oleifera Lam. by seed priming [Amélioration du potentiel d’émergence et de l’établissement du peuplement du Moringa oleifera Lam. par amorçage des semences]. Turc. J. Agric. Pour. 36: 227-235.

Yasmeen A, SMA Basra, R Ahmad, et A Wahid (2012). Performance of late sown wheat in response to foliar application of Moringa oleifera leaf extract [Performance du blé semé tardivement en réponse à l’application foliaire de l’extrait de feuilles Moringa oleifera]. Chili J Agric Res 72: 92-97.

Yasmeen, A, SMA Basra, A Wahid, W Nouman, et H Rehman (2013). Exploration the potential of Moringa oleifera leaf extract (MLE) as a seed priming agent in improving wheat performance [Exploration du potentiel de l’extrait de feuilles de Moringa oleifera (MLE) comme agent d’amorçage des semences dans l’amélioration du rendement du blé]. Turc. J. Bot. 37: 512-520.