veuillez vous connecter pour accéder à cette page [ Connexion ]

ECHOcommunity est une communauté de membres donnant accès à presque toutes les ressources de ECHO en ligne, et aussi des outils de communication aidant les agents de développement à entrer en contact les uns avec les autres. Pour faciliter cette interaction et pour respecter la qualité des ressources proposées, il faut être membre pour accéder à une grande partie de ECHOcommunity.org. L’adhésion est gratuite pour tous, et des avantages spéciaux sont accordés aux agents de développement en service dans le monde. [ S‘inscrire ]


Par: Tim Motis, PhD
Publié: 18/10/2016

Edn numero 133 thumbnail 0

Au cours de la recherche sur les méthodes de cultures intercalaires liées aux légumineuses en Afrique du Sud (2010-2015), des membres du personnel de ECHO ont pris connaissance d'un système de production de céréales / niébé élaboré au Nigéria par des recherches de l'IITA et des partenaires nationaux (Ajeigbe et al. Ajeigbe et al. 2010b). Cette approche de culture en bandes implique une séquence récurrente de deux rangées d'une culture céréalière, comme le sorgho ou le maïs, et 4 rangées de niébé.

Une enquête sur les systèmes de culture, menée de 1992 à 1993, a montré que les agriculteurs de la zone de savane nord guinéenne du Nigéria intercalaient déjà le niébé avec des céréales (principalement le sorgho et le mil, mais le maïs pour certains) (Henriet et al. 1997). Le niébé est considéré comme une source de nourriture pour la consommation humaine et animale et comme moyen de maintenir la fertilité du sol. Dans ces systèmes traditionnels cependant, le niébé produisait seulement de 0 à 132 kg de grain par hectare (Van Elk et al. 1997). Parmi les contraintes de rendement notées figurent le large espacement du niébé, le manque d’apports de fertilisation et l'ombrage du niébé par les cultures céréalières.