Par: Gene Fifer
Publié: 27/04/2018


EDN139 figure 5

Figure 5. Larve de légionnaire d'automne. Source: Russ Ottens, Université de Géorgie, Bugwood.org Creative Commons Attribution License

La chenille légionnaire d'automne (Spodoptera frugiperda) est un ravageur commun dans l'hémisphère occidental qui affecte de nombreuses cultures commerciales, surtout le maïs. Ce lépidoptère vorace (groupe d'insectes comprenant les papillons et les papillons de nuit) a été détecté pour la première fois en Afrique centrale et occidentale en 2016 et s'est rapidement propagé sur tout le continent. Les chenilles légionnaires d'automne prospèrent dans les climats tropicaux et subtropicaux, mais se propagent également dans les régions plus froides après avoir passé l'hiver dans des zones sans gels sévères. Les papillons de nuit adultes se propagent rapidement par vents forts (Capinera 2005).

Des milliers d'hectares de terres cultivées ont été touchés au Togo, au Nigeria, au Ghana, au Malawi, en Zambie, en Namibie, au Mozambique, en Ouganda, au Zimbabwe et dans l'ouest du Kenya et de la Tanzanie (Organic Farmer 2017). Le maïs de grande culture et le maïs sucré représentent la majeure partie des pertes économiquement significatives, mais le sorgho, le coton, le mil, l'arachide, le riz, le soja, la canne à sucre et le blé sont sensibles, affectant ainsi les revenus et la sécurité alimentaire. La situation est si dramatique pour les petits agriculteurs au Malawi que le président Mutharika a déclaré l’état de catastrophe et a mobilisé des organismes gouvernementaux pour aider les agriculteurs et subventionner les pesticides. Les cultures les plus touchées au Malawi sont le maïs, le sorgho et le mil (Mumbere et Mtuwa 2017). 

EDN139 figure 6

Figure 6. Légionnaire d'automne adulte (papillon de nuit). Source: Lyle Buss, Université de Floride, Bugwood.org Creative Commons Attribution License

Lorsque les papillons de nuits adultes se dispersent, les femelles pondent des œufs sur le feuillage des cultures. Les œufs éclosent en seulement deux ou trois jours. Les larves font des trous dans les feuilles (en particulier les bourgeons et les nouvelles pousses), les soies et les épis de maïs, et les tiges (Figure 7). Les larves se nourrissent pendant environ 14 jours, tombent au sol, creusent 2-8 cm dans le sol, puis commencent leur stade nymphal. Le papillon de nuit adulte sort du cocon après 8 ou 9 jours, recommençant ainsi le cycle. Ce cycle de vie court (25 jours au total) permet plusieurs générations par cycle de culture, ce qui entraîne d'immenses dégâts tout au long de la saison de production (Capinera 2005).

EDN139 figure 7

Figure 7. Légionnaire d'automne dans le maïs. Source: Charles Bonaventure

Le légionnaire d'automne ressemble à d'autres espèces de légionnaires et de vers de l'épi du maïs (Helicoverpa zea), mais il se distingue par la coloration et les marques. Les papillons de nuit ont une envergure de 30-40 mm et sont gris foncé avec des taches marbrées sur les ailes (Figure 6) (Organic Farmer 2017). Les larves matures peuvent avoir une couleur variant du beige au vert au noir, mais elles ont trois lignes blanches ou jaunes qui descendent dans le dos avec des rayures plus foncées sur les côtés (Figure 5). Elles ne sont pas rugueuses au toucher, et n’ont pas les petites épines qu’ont les vers de blé. Les nymphes se cachent dans le sol dans un cocon de 20-30 mm (Capinera 2005).

Les insecticides synthétiques sont les plus couramment utilisés pour la lutte contre le légionnaire d'automne dans les monocultures à grande échelle aux États-Unis, y compris les organophosphorés et les carbamates. En raison des générations multiples et des dégâts continuellement causés aux cultures, les temps de pulvérisation ont tendance à être longs et coûteux. Au fil des ans, le légionnaire d'automne a également montré une résistance à certains de ces insecticides. Cette résistance croissante et les risques pour la santé des humains, d’insectes non ciblés et de populations animales ont conduit au développement de plusieurs contrôles organiques et biologiques (Yu 1991, Capinera 2005). 

Les pesticides à base de neem et le pyrèthre sont des options chimiques naturelles (Organic Farmer 2017). Les applications de la bactérie Bacillus thuringiensis (Bt), des champignons Beauveria bassiana et de divers Baculovirus diminuent les fonctions d'alimentation ou de reproduction des larves (FAO 2018). Des guêpes et des mouches parasites peuvent être relâchées dans les champs pour interrompre le cycle de vie. Les prédateurs naturels comprennent les coléoptères, les perce-oreilles, les punaises et de nombreuses espèces d'oiseaux; pour promouvoir les prédateurs naturels, il faut éviter de pulvériser des insecticides à large spectre qui peuvent les affecter négativement (Capinera 2005).

Des lignes de front

Dan McGrath est entomologiste, consultant indépendant et professeur à la retraite de l'Oregon State University. Au cours des deux dernières années, il a travaillé pour plusieurs organisations, y compris l'USAID. Il nous a dit: « Depuis 2016, je me suis concentré sur le légionnaire d'automne en Afrique. Je me trouvais en Afrique de l'Ouest peu de temps après la chute du légionnaire d'automne sur le continent (et explosé). Comme l'insecte s'est répandu dans toute l'Afrique (dans environ 40 pays), je me suis déplacé avec lui, partageant ce que nous avons appris au cours des premiers stades de son apparition. »

Dan a partagé certaines informations sur le légionnaire d'automne dans une liste de courrier électronique. En voici des extraits ci-dessous, partagés avec sa permission:

« Mon objectif principal est l'introduction de deux concepts, 1) le témoin non traité, et 2) le pouvoir de réplication. Le défi du légionnaire d'automne est qu’il est complexe. Les dégâts causés aux feuilles sont dramatiques, mais en fonction du moment, cela peut ou non entraîner une perte de rendement significative. Une tempête tropicale bien tempérée tue les petits vers et peut régler le problème. En raison de la complexité de l'interaction entre l'insecte et le maïs, de nombreux résultats faussement positifs sont diffusés parmi les petits exploitants. Une partie de la communauté des ONG est si dévouée à l'agriculture biologique à faibles intrants qu'elles acceptent de se prévaloir avec ces faux résultats positifs et encouragent les petits agriculteurs à passer des milliers d'heures sur des méthodes de lutte qui n’en valent pas la peine. 

«Nous installons des pièges à phéromones chez les agriculteurs et nous les instruisons sur la façon d'évaluer les risques de dégâts aux cultures (inspection dans les champs) et couplons ces activités avec de simples comparaisons appariées reproduites dans plusieurs champs. En d'autres termes, ils prennent quatre bâtons et de la ficelle et bouclent une zone où ils n'appliquent pas l'eau savonneuse, où ils ne cueillent pas les vers à la main, et comparent le rendement à la fin de la saison.

« Je vous recommande de jeter un coup d'œil sur les systèmes de culture répulsion-attraction, conçus à l'origine contre le foreur de tiges de maïs. Les défenseurs de l’agriculture biologique insistent sur le fait que le même système fonctionne avec le légionnaire d'automne. Cela nécessite des tests plus rigoureux. C'est peut-être une bonne approche pour les petits exploitants, mais nous devons être sûrs que le travail et les coûts en valent la peine. Ce n'est pas parce que les petits exploitants ne négocient pas leurs intrants en espèces, que leur travail est sans valeur.

« Nous avons des résultats de laboratoire pour les plantes qui ont besoin d'être testées sur le terrain [le neem, Azadirachta indica, était l'un des plus efficaces dans le laboratoire]. Il y a des matériaux organiques certifiés qui fonctionnent, y compris Bacillus thuringiensis. Des nombreuses applications sont requises.

« Premier message: Ne paniquez pas. Nous sommes en plein milieu d’un fléau. Tous les fléaux ont une fin. Les fléaux surviennent lorsque des populations d'insectes nuisibles arrivent pour la première fois, à la suite d'une série d'événements météorologiques, et avant des maladies et des ennemis naturels qui réguleraient normalement leurs populations.

« L'Afrique de l'Ouest entre dans sa troisième année de fléau du légionnaire d’automne. Il y a des signes et des preuves de plus en plus nombreuses que la peste commence à se calmer. Les maladies d’insectes et les ennemis naturels du légionnaire d'Afrique (Spodoptera exempta) commencent à basculer sur le légionnaire d'automne, récemment arrivé.

« En Afrique de l'Est, ils entrent dans la deuxième année du fléau. Généralement, la deuxième année est la pire. La population du légionnaire d’automne s'est établie, mais la régulation de la population vient de commencer. Avec le temps, le légionnaire d’automne va s'établir. Lorsque c'est le cas, il y aura des années de haute pression et des années de basse pression, tout comme dans le cas du légionnaire d'Afrique. Dites aux producteurs qu'à terme, les choses vont se calmer. »

Une stratégie de lutte prometteuse contre le légionnaire d'automne et plusieurs autres ravageurs est une technique de culture intercalaire où des cultures qui repoussent ou découragent naturellement les ravageurs sont mélangées à la culture principale, tandis qu'une culture attrayante pour les ravageurs est plantée en dehors du champ de culture. Un système de culture associée « répulsion-attraction » efficace pour le maïs utilise Desmodium intortum, communément appelé greenleaf desmodium, planté dans les rangées de maïs comme une légumineuse grimpante courte (Figure 8). Comme les autres légumineuses, les plantes de desmodium fixent l'azote à l'aide de bactéries dans leurs racines (ce qui peut améliorer les rendements en maïs). Desmodium peut être utilisé comme fourrage, avec les résidus de récolte de la tige du maïs après la récolte. Desmodium intortum émet un produit chimique qui repousse plusieurs espèces de chenilles, y compris le légionnaire d'automne

La partie « attraction » de la stratégie utilise des espèces de graminées fourragères, souvent le vétiver (Chrysopogon zizanioides) ou Brachiaria spp., comme culture de bordure autour du champ de maïs pour attirer les papillons de nuit adultes. Les papillons de nuit pondent des œufs sur la culture-piège, mais le taux de survie des larves est faible sur le vétiver (Berg et al., 2003), ce qui entraîne une diminution des populations. Cette stratégie a permis de réduire les larves de plus de 80% par plant de maïs et d'augmenter la production de maïs de 2,7 fois la production de maïs mono-culture (Midega et al. 2018).

EDN139 figure 8

Figure 8. Desmodium intortum intercalé avec le maïs.Source: Holly Sobetski

L'amélioration de la récolte de maïs n'est que partiellement attribuable à la diminution des dégâts causés par le légionnaire d'automne et à la réduction des populations d'autres espèces de chenilles. Le système de répulsion-attraction réduit également l'infestation de la striga (Striga hermonthica) et améliore la santé du sol grâce à la fixation de l'azote, à l'augmentation de la matière organique du sol et au contrôle de l'érosion. Desmodium semble exsuder un produit chimique allélopathique qui affaiblit la striga (Khan et al. 2002, Midega et al. 2010). 

Des coûts et des défis supplémentaires doivent également être pris en compte. Les coûts totaux de la main-d'œuvre sont plus élevés dans le système de culture intercalaire de répulsion-attraction, dus au fait qu’un temps supplémentaire pour semer et désherber, le coût des semences et le manque de disponibilité des semences peuvent exclure certains agriculteurs. Cependant, les recettes totales peuvent dépasser l'investissement initial, en particulier lorsque l'on considère l'avantage d'une augmentation du fourrage pour le bétail. Les subventions et les services de vulgarisation doivent être inclusifs afin que les agriculteurs de tous les revenus et de toutes les tailles d'exploitations reçoivent une formation et des ressources adaptées au contexte (Midega et al. 2010). 

Les défis auxquels sont confrontées les familles agricoles menacées par des pertes de récolte dues au légionnaire d'automne et à de nombreux autres ravageurs se multiplient en Afrique. La FAO propose une application mobile appelée Fall Armyworm Monitoring and Early Warning system [Système de surveillance et d'alerte précoce du légionnaire d'automne] «pour identifier, signaler le niveau d'infestation, cartographier la propagation de cet insecte destructeur, décrire ses ennemis naturels et les mesures les plus efficaces pour le combattre. Les ressources de ECHO sur la lutte intégrée peuvent être consultées ici

Une excellente  feuille de travail sur les protocoles d'identification et de repérage du légionnaire d'automne peut également être consultée sur ECHOcommunity. Cette feuille de travail a été créée par Neil Rowe-Miller et Putso Nyathi du Comité central mennonite, dans le cadre de leur partenariat avec la Banque de céréales vivrières du Canada qui fait la promotion de l'agriculture de conservation en Afrique orientale et australe.

Références

Capinera, J. L. 2005. Fall Armyworm, Spodoptera frugiperda [Le légionnaire d'automne, Spodoptera frugiperda ] (J.E. Smith). Extension de l’IFAS, Université de Floride, pp. 1–6. 

FAO. 2018. Avoid use of highly hazardous pesticides [Évitez l'utilisation de pesticides très dangereux]. Plant Production and Protection. 

Farmer, T. O. 2017. How to control fall armyworms using organic methods [Comment combattre les légionnaires d'automne par des méthodes biologiques]. The Organic Farmer

Khan, Z. R., A. Hassanali, W. Overholt, T. M. Khamis, A. M. Hooper, J. A. Pickett, C. M. Woodcock. 2002. Control of Witchweed Striga hermonthica by Intercropping with Desmodium spp., and the Mechanism Defined as Allelopathic [Lutte contre la plante-sorcière Striga hermonthica par la culture intercalaire avec Desmodium spp., Et le mécanisme défini comme allélopathique]. Journal of Chemical Ecology, 28(9):1871–1885.

Midega, C. A. O., Z. R. Khan, D. M. Amudavi, J. Pittchar & J. A. Pickett. 2010. Integrated management of Striga hermonthica and cereal stemborers in finger millet (Eleusine coracana (L.) Gaertn.) through intercropping with Desmodium intortum [Lutte intégrée contre Striga hermonthica et les perceurs de tiges de mil (Eleusine coracana (L.) Gaertn.) par la culture intercalaire avec Desmodium intortum]. International Journal of Pest Management.

Midega, C. A. O., J. O. Pittchar, J. A. Pickett, G. W. Hailu & Z. R. Khan. 2018. A climate-adapted push-pull system effectively controls fall armyworm, Spodoptera frugiperda (J E Smith), in maize in East Africa [Un système de répulsion-attraction adapté au climat combat efficacement le légionnaire d'automne, Spodoptera frugiperda (J E Smith), dans le maïs en Afrique de l'Est]. Crop Protection, 105:10–15.

Mumbere, D., & P. Mtuwa. 2017. Malawi; state of disaster declared in “fall armyworm” affected districts [Malawi : l’état de catastrophe décrété dans les districts touchés par le légionnaire d'automne]. Africanews.com. 

Van den Berg, J., C. Midega, L. J. Wadhams, & Z. R. Khan. 2003. Can Vetiver Grass be Used to Manage Insect Pests on Crops? [L'herbe de vétiver peut-elle être utilisée pour combattre les insectes nuisibles sur les cultures? ] Actes de la troisième conférence internationale sur le vétiver et l'exposition à Guangzhou en Chine.

Yu, S. J. 1991. Insecticide resistance in the fall armyworm, Spodoptera frugiperda [Résistance aux insecticides chez la chenille légionnaire d'automne, Spodoptera frugiperda ]  (J. E. Smith). Pesticide Biochemistry and Physiology, 39(1), 84–91.