Par: Brian Flanagan
Publié: 11/07/2016


Rédacteurs: ECHO abritera un atelier de trois jours en septembre sur notre campus de Floride, sur le thème de l'élevage à petite échelle dans les régions tropicales (voir la section «Événements à venir» pour plus de détails). Notre Ferme mondial intègre de nombreux animaux, y compris des canards, des lapins, des poulets, des porcs et des chèvres, donc l'atelier sera très concret et pratique. Dans cet article, Brian Flanagan, membre du personnel de ECHO, partage certaines des raisons pour lesquelles les animaux de ferme sont importants pour les petits exploitants agricoles, certaines contraintes rencontrées par ces agriculteurs, et des informations sur les agents communautaires de santé animale (ACSA) et la différence qu'ils peuvent faire dans les communautés agricoles.

Les animaux de ferme sont importants pour la plupart des petits agriculteurs dans le monde entier, car ils contribuent aux moyens d'existence et accroissent la sécurité alimentaire. Le bétail offre, même aux plus marginalisés de la population mondiale une source de nourriture et des moyens de gagner un revenu grâce à la viande, le lait, les œufs, les animaux vivants et le fumier qui sont produits. L’élevage améliore également les systèmes agricoles globaux des petits exploitants (par exemple le fumier fertilise les terres cultivées, certains animaux sont utilisés pour labourer la terre et pour le transport). Enfin, l'élevage augmente la résilience des familles des petits exploitants face aux défis économiques et autres, tels que les conditions météorologiques imprévisibles ou extrêmes, les ravageurs et les maladies des cultures, et les prix des produits de base (ILRI 2009).

Alors que le bétail est essentiel à l'économie de nombreuses familles, les petits agriculteurs élevant du bétail dans les pays en développement font face à des contraintes difficiles. Par exemple, ils peuvent avoir une insuffisance ou une absence totale de terre, un accès limité à l'alimentation ou l'accès uniquement à des aliments de qualité médiocre, la mauvaise santé des animaux, etc. (Brown, 2003).

Les petits agriculteurs et les agents de développement ont traité ces contraintes de nombreuses manières pratiques. Une de ces solutions est de former les membres de la communauté locale aux soins de santé animale de base par le biais des programmes des agents communautaires de santé animale.

Le terme «agent communautaire de santé animale » (ACSA) est utilisé pour désigner une gamme d’agents vétérinaires de niveau primaire, y compris les agents communautaires de santé animale, les para-vétérinaires et les vétérinaires aux pieds nus (Martin Curran et MacLehose 2011). Le concept des ACSA semble avoir découlé d'observations dans le secteur de la santé humaine, tels que la méthode des médecins aux pieds nus utilisée en Chine. Les médecins aux pieds nus étaient des agriculteurs souvent analphabètes qui étaient formés pour recenser les naissances et les décès, vacciner contre la variole et d'autres maladies, fournir les premiers soins et animer des discussions d'éducation sanitaire. En 1972, environ un million de médecins aux pieds nus servaient une population rurale de 800 millions de personnes en République populaire de Chine, dans les zones inaccessibles aux médecins et aux autres professionnels de la santé.

 

EDN 132 Figure 3

Figure 3. La vaccination d'un cochon par des ACSA en Haiti
Photo: Floyd Keith Flanagan

L'une des premières entreprises majeures des ACSA se sont produits dans les années 1970, lorsque la Banque mondiale a encouragé les associations de producteurs de bétail à utiliser les para-vétérinaires communautaires pour s’occuper du bétail en milieu rural. Par la suite, diverses organisations non-gouvernementales (ONG) et les gouvernements ont utilisé et affiné le modèle pour répondre aux besoins de santé animale des communautés (Tunbridge 2005). Le modèle des ACSA s’est rapidement répandu dans les années 1990 et a été fréquemment adoptée par les ONG (Leyland et al. 2014). En 2003, une étude approfondie a estimé que les programmes des ACSA ont été mis en œuvre dans 47 pays différents sur tous les continents (Grahn et Leyland 2005).

Les programmes des ACSA dans le monde varient en fonction de facteurs tels que le financement, la culture locale, l'étendue de la participation du gouvernement et la participation communautaire, le montant de la formation donnée aux ACSA, et les ressources et les besoins disponibles. Dans le bon contexte, les ACSA peuvent fournir des services de santé animale sur les plans préventif, diagnostique, et curatif à la communauté locale (Catley et al., 2002).

Dans l'ensemble, les programmes des ACSA sont les plus efficaces lorsque : 1) les agents communautaires vivent et ont probablement grandi dans la communauté locale dans laquelle ils servent, et 2) ils ont un niveau de formation de base sur les services et les connaissances qu'ils vont partager avec la communauté (Catley et Leyland 2002). Les programmes ont mieux réussi dans les communautés rurales qui ne disposent pas d'un accès fiable aux services professionnels de santé animale, comme un vétérinaire ou une pharmacie vétérinaire, qui autrement seraient en mesure de relier les communautés rurales à des systèmes plus importants (Leyland et al. 2014).

Quand ils sont bien mis en œuvre, les programmes des ACSA aident efficacement à répondre aux besoins de santé animale des propriétaires de bétail. Cette prise en charge, à son tour, assure la stabilité aux petits exploitants vulnérables qui dépendent de l'élevage pour le revenu et la nourriture. L’atelier de ECHO prévu pour septembre sur la production animale couvrira de nombreux sujets importants de santé animale de base et les pratiques de gestion des animaux; l'information sera utile pour les agents de développement qui peuvent ou ne peuvent pas avoir accès aux programmes des ACSA.

Références

Brown, D. 2003. Solutions Exist for Constraints to Household Production and Retention of Animal Food Products (Des solutions existent pour les contraintes à la production des ménages et la conservation des produits alimentaires pour animaux). The Journal of Nutrition, 133(11), pp.4042S-4047S.

Catley, A., S. Blakeway, T. Leyland, and others. 2002. Community-Based Animal Healthcare: A Practical Guide to Improving Primary Veterinary Services (La santé animale communautaire: Un guide pratique pour l'amélioration des services vétérinaires primaires). ITDG Publishing.

Catley, A. and T. Leyland. 2002. Overview: Community-Based Animal Health Workers, Policies, and Institutions (Vue d'ensemble: les agents communautaires de santé animale : politiques et institutions). PLA Notes, Institut international pour l'environnement et le développement 45: 4-6.

Grahn, R. et T. Leyland. 2005. Complementarity between Community-Based Animal Health Delivery Systems and Community- Based Wildlife Management? An Analysis of Experiences Linking Animal Health to Conflict Management in Pastoralist Areas of the Horn of Africa. (La complémentarité entre systèmes de santé animale communautaire et la gestion de la faune communautaire? Une analyse des expériences liant la santé animale à la gestion des conflits dans les zones pastorales de la Corne de l'Afrique. Actes du Panel d'experts d’Afrique Australe et Orientale sur la Conception d’une Intervention Réussie en matière de Conservation et de Développement à l’Interface de la faune et de l’élevage (voir page xxviii)).

ILRI (Institut international de recherche sur l’élevage). 2009. ILRI Rapport d’entreprise 2008-9. Climate, Livestock and Poverty: Challenges at the Interface (Le climat, l'élevage et la pauvreté: défis lors de l'interface). ILRI, Nairobi, Kenya.  

Leyland, T., R. Lotira, D. Abebe, G. Bekele, et A. Catley. 2014. Community-Based Animal Health Workers in the Horn of Africa: An Evaluation for the Office of Foreign Disaster Assistance. (Les agents communautaires de santé animale dans la Corne de l'Afrique: Une évaluation du  Bureau d'Assistance en cas de Catastrophes à l'Etranger). Feinstein international Center, Tufts University, Bureau régional pour l'Afrique, Addis-Abeba et Vetwork Royaume-Uni, Great Holland.

Martin Curran, M. et H. MacLehose. 2011. Community Animal Health Services for Improving Household Wealth and Health Status of Low Income Farmers (Services communautaires de santé animale pour l'amélioration de la richesse des ménages et  l'état de santé des agriculteurs à faible revenu). La Bibliothèque Cochrane.

Tunbridge, L. 2005. Saving Lives and Livelihoods: Ten Years of Community-Based Animal Healthcare in Southern Sudan (Sauver les vies et les moyens de subsistance: Dix ans de santé animale communautaire au sud du Soudan). ITDG Publishing.