Par: Stacy Swartz et Noah Elhardt
Publié: 21/11/2023


Introduction

Les systèmes de litière sont une approche de production animale hygiénique et intégrée dans laquelle les animaux sont élevés dans un espace clos sur un sol de litière biologique. Les systèmes avec une litière épaisse sont parfois appelés systèmes à litière profonde. Les systèmes de litière vous permettent de donner la priorité à la santé animale en offrant des conditions similaires à celles de l’environnement naturel des animaux. Les systèmes de litière aident également à capturer les déchets animaux et à les convertir en formes utilisables pour la production agricole.

Les animaux peuvent être élevés sur un système de litière pendant une partie ou la totalité du cycle de production selon le contexte de l’agriculteur. Ces systèmes ne produisent pas autant que les systèmes industriels mais peuvent être plus rentables pour les petits agriculteurs en réduisant à la fois les risques et les coûts. ECHO connaît les systèmes de litière pour porcs, lapins, volailles et ruminants. Les avantages et les inconvénients des systèmes de litière sont détaillés dans le tableau 1.

Tableau 1. Avantages et inconvénients des systèmes de litière.
Avantages Inconvénients
Faibles coûts de construction L’approvisionnement en matériau de litière, en particulier dans les zones urbaines ou arides, peut s’avérer difficile.
Faibles coûts opérationnels
Réduction des maladies d’origine hydrique Les races modernes à croissance rapide ne possèdent plus la force ou l’instinct nécessaires pour retourner la litière. L’élevage de ces races nécessite un travail supplémentaire pour retourner la litière
Peu ou pas d’odeur ou de mouches
Moins de temps passé à nettoyer les enclos
Compost prêt à l’emploi créé Compost prêt à l'emploi créé
Risque réduit

 

Les composants de conception, la taille de l’enclos et d’autres facteurs des systèmes de litière profonde dépendront de l’animal que vous élevez. Les principes standard utilisés pour les systèmes de litière comprennent la ventilation, la lumière du soleil, le contrôle de l’humidité, le contrôle des prédateurs et l’alimentation en matière verte.

Construction d’un enclos étape par étape

Matériaux

  • Briques, pierres, ciment ou autre matériau imperméable
  • Matériau de revêtement
    • Câblage maillé ou filet fin comme celui utilisé pour les moustiquaires (pour volailles et lapins)
    • Lambris en bois, bambou ou métal (pour porcs et ruminants)
  • Poutres en bois, en bambou ou en métal
  • Matériaux de toiture tels que chaume, vieux panneaux d’affichage ou sacs d’alimentation, bois ou tout autre matériau de toiture disponible
  • Clous ou vis de construction ou matériel d’arrimage

Construction

 
 
  1. TN 100 Figure 1

    Figure 1. Enclos à litière profonde à ECHO en Floride. Source: Chris Serville

    Localisez un site approprié pour l’enclos. La zone ne doit pas être inondée pendant les périodes pluvieuses de l’année et doit être proche d’un endroit où les gens pourraient entendre un appel de détresse d’un animal et venir rapidement vérifier les animaux. Il doit être proche d’une source d’eau pour faciliter l’approvisionnement en eau des animaux. Si le site n’est pas de niveau, nivelez-le avant de commencer la construction. Orientez la structure du nord au sud pour profiter pleinement de la lumière du soleil provenant du mouvement est-ouest du soleil. La lumière du soleil apporte de la chaleur et empêche la litière de devenir trop humide. Trop d’humidité limite l’oxygène, entraînant la formation de mouches et d’odeurs désagréables. À la fin de chaque journée, il faudra qu’au moins une partie du sol de la litière soit exposée au soleil. Les aspects de la lumière du soleil et de l’ombre sont abordés dans les étapes suivantes ci-dessous. Pour les considérations liées à la taille, voir les recommandations dans le tableau 2.
    Tableau 2. Densités de peuplement recommandées pour divers animaux adultes. Les densités peuvent être plus importantes lorsque les animaux sont jeunes.
    Animal Densité (nombre d'animaux par m2)
    Poulets 4.0-5.0
    Dindons 1.0-2.0 (FAS, 2020)
    Porcs 1.0-1.15 (Tancho, 2013)
    Lapins 0.5-1.0 (Niles, 2009)
    Chèvres 0.2-0.33 (Szekely, 2010)
    Bovins 0.094-0.125 (AFRC, 2021)

     

  2. Si vous construisez un système de litière profonde, dans lequel l’épaisseur de la litière sera de 1 m ou plus, creusez un trou pour la litière. La profondeur du trou doit correspondre à l’épaisseur finale de la litière. Si vous êtes dans une zone basse et que ce trou risque d’être inondé pendant les périodes pluvieuses de l’année, la litière devra être au-dessus du niveau du sol. La figure 1 illustre une zone de litière profonde en surface, entourée de murs de 1 m de haut, accessible par des escaliers. 
  3. Marquez ensuite les quatre coins du bâtiment de l’enclos et dressez les poteaux (angle et support), en vous assurant que les poteaux sont d’équerre les uns par rapport aux autres. Les poteaux doivent être ancrés dans le sol avec au moins 1/4 à 1/3 de la longueur totale sous terre. Si le sol du site est sablonneux, ajoutez des pierres, du ciment ou tout autre matériau dans les trous des poteaux pour stabiliser les poteaux. Les poteaux doivent s’étendre suffisamment haut pour que le toit qu’ils soutiennent (expliqué à l’étape 4) soit suffisamment haut pour permettre aux travailleurs d’entrer dans l’enclos et de travailler avec la litière, les systèmes d’alimentation et d’abreuvement et les animaux. Généralement, cela signifie que les poteaux doivent être situés entre 1,5 et 2 m au-dessus du niveau de la litière.
  4. Construisez le toit de l’enclos. Le toit doit être légèrement incliné du sommet vers les bords afin que l’eau s’écoule sur les côtés du toit. Si vous êtes dans un contexte où les précipitations ne sont pas constantes, pensez à laisser une ouverture dans le toit, pour l’ensoleillement et la ventilation, sur un côté proche du sommet (Figure 2).
    Tn 100 Figure 2

    Figure 2. Espace dans le toit d’un côté du faîte pour faciliter la circulation de l’air et laisser entrer la lumière du soleil. Source: Noah Elhardt

    La ventilation se produit lorsque l’air chaud s’échappe par l’espace, créant un courant de convection qui aspire l’air frais des côtés même en l’absence de vent. Si vous choisissez d’inclure cette ouverture, orientez votre poulailler de manière à ce qu’au coucher du soleil chaque jour, tout le sol du poulailler ait reçu la lumière du soleil à un moment donné. Si vous vous trouvez dans une région biogéographique de forêt tropicale ou de plaine, une ouverture peut laisser trop d’eau pénétrer dans le système. Une autre façon d’ajouter un espace consiste à élever un mur de l’enclos plus haut que le mur opposé et à créer une pente moins raide de ce côté du sommet du toit pour laisser un espace au sommet. Cela augmentera le flux d’air par convection dans l’enclos.
  5. TN 100 Figure 3

    Figure 3. Périmètre en brique à la base de l’enclos et perchoirs.  Source: Chris Serville

    Construisez les murs de l’enclos. Les animaux et la litière bénéficient d’un apport continu d’air frais. Les murs de l’enclos doivent être faits de sorte à maximiser la ventilation. Faites des murs d’enclos en treillis métallique ou en un autre matériau qui maximise la circulation de l’air tout en protégeant les animaux des prédateurs.

    Pour chaque animal, les hauteurs de mur recommandées diffèrent. Pour les lapins surélevés dans des cages, les murs ne sont pas nécessaires mais peuvent aider à contrôler les prédateurs. Pour les volailles ou les lapins non surélevés, les murs doivent mesurer de 30 à 60 cm de tous les côtés (Figure 3). Pour les porcs, les murs du trou ou de l’enclos doivent avoir 1 m de haut pour contenir la litière profonde (Tancho, 2013). Assurez-vous qu’il n’y a pas d’espaces dans le mur par lesquels des serpents, des rongeurs ou d’autres petits prédateurs pourraient pénétrer dans l’enceinte. Pour les ruminants, un mur imperméable n’est pas nécessaire, seulement des panneaux ou une clôture pour maintenir le bétail confiné et empêcher les chiens ou les félins de la zone d’y pénétrer.
     
     
     
    TN 100 Figure 4 French

    Figure 4. Panneaux de ferrociment amovibles, maintenus en place par des garde-corps et un poteau de support métallique, pour permettre l’enlèvement de la litière d’un enclos pour porcs à litière profonde. Source: Tim Motis

    Dans le but de réduire le travail requis pour enlever la litière, certaines conceptions incluent des moyens de retirer une partie ou un côté entier de l’enclos afin qu’une machine puisse facilement gratter la litière pour l’enlever lorsqu’elle est prête. Le personnel de ECHO en Floride y est parvenu en construisant une section du mur de litière avec des panneaux de ferrociment empilés et amovibles maintenus en place par des garde-corps (Figure 4). Si vous utilisez du mortier pour assembler des blocs/pierres, construisez une couche à la fois, en laissant la couche précédente sécher suffisamment pour supporter la couche de matériau suivante.
  6. TN 100 Figure 5

    Figure 5. Structure d’ombrage en bambou. C’est souvent une bonne idée sur un ou deux côtés de ces petits poulaillers pour garantir la disponibilité de l’ombre le matin et en fin d’après-midi, et/ou pour se protéger du vent. Source: Noah Elhardt

    Ajoutez une structure d’ombrage si nécessaire. Si votre enclos est petit, le soleil du matin ou du soir qui traverse les côtés de l’enclos peut couvrir la totalité de l’enclos. Si tel est le cas, il faudra peut-être ajouter une structure d’ombrage similaire à celle illustrée à la figure 5 pour fournir de l’ombre aux animaux dans une partie de l’espace.
  7. 1 Ce virus est présent en Europe, dans les Amériques et en Australie (MacLachlan et Dubovi, 2016). Il ne constitue pas un problème en Asie ou en Afrique..
    Ajoutez tout matériau de maillage ou de panneau qui peut être nécessaire. Lorsque la litière est entièrement préparée et prête, les animaux doivent toujours être confinés. Cela signifie que si vous élevez des porcs dans une litière profonde, vous devrez ajouter des panneaux au-dessus du mur ou du trou de 1 m pour contenir les porcs sur la litière (Figure 6). Pour les volailles, un treillis métallique doit être ajouté du mur au plafond pour contenir les oiseaux. Les filets ne sont pas nécessaires pour les lapins en cage, mais les moustiquaires peuvent aider à contrôler les maladies transmises par les moustiques comme le virus du myxome.1   Les panneaux peuvent être constitués de fils métalliques ou de bois. Si vous ne pouvez pas disposer de côtés bien ventilés pour obtenir un flux d’air supplémentaire, installez un ventilateur (électrique ou solaire).
TN 100 Figure 6

Figure 6. Panneaux métalliques pour contenir les porcs lorsque la litière est pleine. Source: personnel de ECHO

 

Exemples de schémas

Les porcs

Systèmes de litière pour  la production animale - Les porcs

Source: Weslee Green, créé avec Canva

Deep Litter System - Pigs_English 2

Source: Personnel d’ÉCHO

La volaille

Systèmes de litière pour  la production animale - La volaille

Source: Weslee Green, créé avec Canva

Systèmes de litière pour  la production animale - La volaille 2

Mesures en pieds (‘) et en pouces (‘’). Source: Personnel d’ÉCHO

Les lapins

Systèmes de litière pour  la production animale - les lapins

Source: Weslee Green, créé avec Canva

 

Conseils pour une gestion réussie des animaux et de la litière

Contrôle des prédateurs

Protégez les animaux des prédateurs, en particulier lorsque les animaux sont confinés dans des enclos et ne peuvent échapper à une attaque de prédateur. Les prédateurs courants des lapins et des volailles sont les rongeurs, les serpents, les petits mammifères et les oiseaux de proie. Les prédateurs courants des porcs et des ruminants sont les grands félins ou canidés. Les murs imperméables aident au contrôle des prédateurs et sont spécifiés par animal dans la section construction de cet article. Certaines conceptions incluent une section enterrée de câblage grillagé qui s’étend de 60 à 90 cm à partir de la base de chaque mur pour empêcher les prédateurs creuseurs de pénétrer dans l’enclos. Des panneaux excluant les grands mammifères sont utilisés pour les enclos des porcs et des ruminants.

Options et gestion de la litière

TN 100 Figure 7

Figure 7. Un petit sol fait de copeaux de bois, de coques d’arachide et de balles de mil. Source: Noah Elhardt

La litière au fond de l’enclos doit avoir une profondeur d’au moins 15 cm (volailles) et jusqu’à 1 m de profondeur (porcs). Une litière inadéquate deviendra humide, compactée et sentira mauvais. Choisissez une litière meuble, sèche et riche en carbone. Elle se combinera aux excréments des animaux pour former un compost vivant. Les options pour les matériaux de litière comprennent les feuilles séchées, les coques de riz, les coquilles d’arachide broyées, les résidus de récolte, les herbes et la sciure de bois (Figure 7).

2 Le personnel de la ferme mondiale de démonstration et de recherche de ECHO en Floride a construit la première litière profonde avec ces couches, mais a constaté que les porcs ne pouvaient pas s’enraciner à travers les couches pour bien mélanger toutes les couches. Le compost obtenu n’était pas bien décomposé et n’avait pas une texture uniforme. Il a dû être retiré, mélangé et ajouté au système de litière profonde au fil du temps pour devenir un compost utilisable.

Certains recommandent de rassembler et de placer toute la litière à l’intérieur de l’enclos avant d’y placer les porcs. Tancho (2013) recommande une litière de 1 m de profondeur composée d’un mélange de sciure, de terre et de sel marin dans un rapport de 100:10:0,3. Les membres du réseau de ECHO ont recommandé des couches de biocharbon (15 à 30 cm), des bâtons plus grands, puis des bâtons plus petits (60 à 90 cm ; les plus gros bâtons sont ajoutés pour empêcher les porcs de creuser au-delà du fond de la litière), de la matière verte comme des feuilles de bananiers (60-90 cm), suivies de fines matières riches en carbone comme des balles de riz ou de la sciure de bois qui devraient constituer la couche supérieure (reste de 1 m de litière).2 L’expérience de ECHO a également montré qu’il est possible d’ajouter de la matière sèche et brune au fur et à mesure de la croissance des porcs, plutôt qu’en totalité au début. Les matières sèches et brunes utilisées par ECHO comprennent la sciure de bois, les balles de café et les coques de riz. Du biochar est ajouté si disponible. La matière verte est ajoutée sous forme de matière végétale donnée aux animaux.

Une litière bien établie contient des microbes qui décomposent rapidement le fumier et supplantent les organismes pathogènes. Une litière saine sent le sol sain d’un sol forestier. Pour accélérer la formation d’une communauté microbienne diversifiée et active dans votre litière, vous pouvez lui inoculer des micro-organismes indigènes (IMO) ou des micro-organismes efficaces (EM). Les OMI sont cultivés à partir de matières locales peu coûteuses tels que le son ou le riz cuit. Appliquez le liquide IMO ou EM à une dilution de 1:500 lors de la première création d’une litière, ou si des problèmes ou des odeurs surviennent plus tard (Tancho, 2013). Pour plus d’informations sur l’OMI, consultez la ressource de ECHO sur lÓMI.

Le sol de la litière de l’enclos doit être humide mais pas mouillé (60 % d’humidité ou moins). Cette plage d’humidité aide à prévenir la propagation de maladies d’origine hydrique telles que le botulisme qui affecte la volaille. Une litière humide, mais pas mouillée, maintient également des processus microbiens qui décomposent les déchets animaux en aérobie, ce qui réduit l’odeur des systèmes animaux. Si les conditions deviennent trop humides, la décomposition anaérobie des déchets animaux créera une odeur de rance. Une litière plus sèche offre un espace à certains animaux pour adopter des comportements naturels tels que des bains de poussière (poulets). Vous trouverez ci-dessous quelques étapes de dépannage pour la gestion des litières:

  • Si la litière accumule de l’eau, elle est trop humide. Ajoutez plus de litière sèche.
  • Si la litière sent le rance mais est sèche, ajoutez plus d’OMI ou d’EM à la litière et à la partie inférieure des parois de l’enclos là où elle touche la litière.
  • Si la litière sent le rance et est humide, ajoutez plus de litière sèche.
  • Si la litière sent bon mais est humide et de couleur foncée, il est peut-être temps de la récolter pour l’utiliser comme compost.
  • Si vous vivez dans un climat sec, vous devrez peut-être arroser la litière de temps en temps pour poursuivre le processus de décomposition.

Les volailles et les porcs aèrent et mélangent la litière en grattant ou en s’enracinant, des comportements naturels lorsqu’ils recherchent de la nourriture. Les comportements de mélange aident à réduire les odeurs et à répartir plus uniformément l’humidité de toute la litière. Les races commerciales ne possèdent plus la force ou l’instinct nécessaire pour retourner la litière. L’élevage de ces races nécessite un travail supplémentaire pour retourner la litière.

Considérations relatives au compost

TN 100 Figure 8

Figure 8. Compost extrait du système de litière profonde pour porcs et stocké dans une baie de stockage. Source: Robert Walle

Après 3 à 6 mois, les matériaux de la litière peu profonde se transforment en compost et peuvent être utilisés directement sur les cultures ou stockés pour une utilisation ultérieure (Figure 8). La litière profonde pour porcs devient un compost utilisable après 4 mois (une génération de porcs) ; cependant, la composition nutritionnelle du compost sera plus élevée après 8 mois (deux générations de porcs) (Tancho, 2013). Le personnel de ECHO en Florida a envoyé des échantillons de compost de litière profonde de porcs pour analyse des éléments nutritifs de 2018 à 2020. La matière organique du compost était de 9 à 21 % (élevé). La teneur en phosphore variait de 1 336 à 2 434 kg/ha et la teneur en potassium variait de 4 789 à 11 212 kg/ha (toutes deux très élevées). Enfin, le pH variait entre 8,2 et 9,0, ce qui est alcalin, et chose particulièrement préoccupante si vous souhaitez appliquer le compost sur un sol déjà alcalin. Utilisées avec modération, les plantes sur le site de ECHO n’ont montré aucun effet indésirable lorsqu’elles sont amendées avec le compost à pH élevé.

L’alimentation du bétail

Une alimentation saine pour le bétail est un élément important du succès de tout système animal. Lorsque les animaux mangent bien, ils ont l’énergie et la santé nécessaires pour combattre les maladies et produire des produits de qualité (viande, œufs, lait et progéniture). Les légumes verts constituent une partie importante de l’alimentation naturelle des animaux. Les options pour les légumes verts comprennent l’herbe, les feuilles de patate douce, le moringa, le katuk, le chaya, les mauvaises herbes, les feuilles de légumineuses et bien plus encore. Pour plus d’informations sur l’alimentation des lapins, voir Niles (2009). Au Projet Beersheba, le personnel donne 30 à 40 g de légumes verts par poulet et par jour. Pour plus d’informations sur l’incorporation de légumes verts et d’autres options locales dans l’alimentation des poulets, voir “Cafeteria Feeding” of Chickens « L’alimentation à la cafétéria » des poulets (http://edn.link/yf6mmc) dans EDN n°97 (Peckham, 2007). 

Les pratiques agricoles naturelles qui accompagnent souvent les systèmes de litière profonde comprennent l’alimentation des porcs avec de l’ensilage de tiges de bananiers fait maison (http://edn.link/dfy2ay). ECHO Asie a comparé ces aliments à la ferme avec des aliments commerciaux avec des résultats résumés dans la Note de recherche de ECHO Volume 2, numéro 3: Making on-farm pig feed: Farm-generated formulas vs. commercial feeds [Fabrication d’aliments pour porcs à la ferme : formules générées à la ferme par rapport aux aliments commerciaux] (http://edn.link/k6xg72). Nourrissez les ruminants avec les résidus de culture en excès par rapport à ce que les agriculteurs souhaitent laisser dans le champ, ainsi qu’avec de la matière végétale provenant des espèces fourragères. Les fourrages tropicaux destinés aux petites exploitations agricoles sont présentés dans la Note technique n°28 de ECHO: Forages (http://edn.link/tn28). Plantez des fourrages ou des cultures utilisées pour nourrir les animaux à proximité de l’enclos afin de réduire le travail et le temps nécessaires pour nourrir les légumes verts.

Optimisez le système en fonction de l’animal

TN 100 Figure 9

Figure 9. Système de litière pour bétail au Guatemala. Source: Robert Walle

Les ruminants

À Quetzaltenango, les agriculteurs du Guatemala mettent leur bétail dans un système de litière profonde pendant la saison sèche (Figure 9). La litière est constituée de tiges de maïs (dans ce cas) ajoutées au cours de la saison sèche. Les agriculteurs nourrissent leurs vaches avec un mélange d’aliments concentrés avec des vitamines et du sel minéral dans les stalles. Les tiges de maïs sont stockées au-dessus de l’enclos et servies aux animaux au fil du temps. Les vaches retournent au pâturage lorsque suffisamment d’herbe fraîche pousse. Les agriculteurs appliquent ensuite le fumier/litière collecté sur les cultures.

Les porcs

TN 100 Figure 10

Figure 10. Appareil à tétine (encerclé) alimenté en eau via un tuyau et suspendu aux chevrons d’un enclos à litière profonde pour porcs. Source: Tim Motis 

Les porcs utilisent généralement une partie de l’enclos comme salle de bain. Vous devrez peut-être entrer périodiquement dans l’enclos pour répartir le fumier plus uniformément. Alternativement, vous pouvez placer un gros objet tel qu’un tonneau coupé dans le sens de la longueur sur la zone des toilettes jusqu’à ce que les porcs aient choisi un nouvel emplacement dans l’enclos. Utilisez ce qui fonctionne le mieux pour votre système.

Les porcs aiment se vautrer (prendre des bains de boue), ce qui les aide à rester au frais. Pensez à intégrer un petit espace, peut-être dans un coin de l’enclos, pour que les porcs puissent se vautrer et boire. Entourez l’espace de vautrage de murs qui empêcheront l’eau de pénétrer dans la litière et qui sont suffisamment courts en hauteur pour que les porcs puissent y accéder depuis d’autres zones de l’enclos.

Tancho (2013) recommande de les abreuver et de les nourrir dans des espaces séparés. Cela minimise le surpeuplement et, étant donné la tendance des porcs à renverser les abreuvoirs, aide à prévenir une humidité inégale de la litière. Si vous utilisez un abreuvoir, envisagez de le placer à l’extérieur de la litière où ils pourront boire en passant la tête à travers une grille pour accéder à l’eau. Une autre option d’abreuvement à considérer, si disponible, consiste en des valves —qui fonctionnent comme des tétines— à l’extrémité d’un tuyau d’arrosage suspendu aux chevrons (Figure 10), permettant aux porcs d’accéder à l’eau sur demande sans déversement.

La volaille

Les poulets, les dindes et les tourterelles peuvent être produits à des densités élevées et sont donc parmi les plus rentables pour les petits exploitants à utiliser dans les systèmes de litière. Les systèmes à litière ne conviennent pas aux canards ou aux oies car ils sont trop secs. Les canards ont besoin de grandes quantités d’eau stagnante pour barboter en mangeant et pour se laver les yeux fréquemment. Incluez des perchoirs à l’intérieur de votre enclos.

Les lapins

TN 100 Figure 11

Figure 11. Clapiers à lapins surélevés du sol avec litière directement sous les cages. Les déjections animales et le fourrage indésirable tombent des interstices du fond de la cage et sont ajoutés à la litière. Source: personnel de ECHO

Les lapins sont plus particuliers que les autres animaux répertoriés. Ils ne s’épanouissent pas dans des conditions salissantes avec des aliments pour animaux ou de la litière contaminée. Des membres de la communauté de ECHO des régions tropicales ont découvert que les lapins se portent bien mieux lorsqu’ils sont élevés au-dessus du sol et suspendus au-dessus de la litière dans les cages (Figure 11). Pour plus d’informations sur les options et les dimensions de construction de cages à lapins, confère Niles (2009). Les lapins mâles doivent rester au frais pour rester fertiles. Par temps chaud, construisez des tanières en brique, en béton ou en pierre pour les mâles reproducteurs sur le sol de votre espace pour lapins. 

Conclusion

Les systèmes de litière décrits ici mettent en évidence l’utilisation de conceptions simples et créatives pour exploiter les avantages des ressources naturelles – lumière du soleil, air et microbes – pour réussir à long terme à élever des animaux en bonne santé. Combinez des éléments de conception structurelle avec une alimentation saine pour obtenir les meilleurs résultats.

Références

Africa Farm Resource Center (AFRC). 2021. Requirements of a zero grazing unit for dairy cows [Exigences d’une unité de zéro pâturage pour les vaches laitières]. Dairy Cattle Housing Design and Construction

Farm Advisory Service. 2020. Turkey Production Factsheet [Fiche d’information sur la production de dinde]. European Agricultural Fund for Rural Development

MacLachlan, N.J. et E.J. Dubovi. 2016. Fenner’s Veterinary Virology. Fifth Edition. Elsevier Inc. 

Niles, W. 2009. Tropical Rabbit Production: A guide to raising rabbits with few resources [Production de lapins tropicaux: Un guide pour élever des lapins avec peu de ressources]. Les Notes Techniques de ECHO no. 58.

Peckham, G. 2007. “Cafeteria Feeding” of Chickens [« L’alimentation à la cafétéria » des poulets]. Notes de développement de ECHO no. 97 

Tancho, A. 2013. Textbook in Natural Farming: Principles, Concepts, and Appropriate Techniques in Tropics [Manuel d’agriculture naturelle: principes, concepts et techniques appropriées sous les tropiques]. Maejo Natural Farming Information Center. Chiangmai, Thailand.

Szekely, T. 2010. Goats: housing and feeding [Les chèvres: logement et alimentation]. Dans: The Organic Farmer’s. Leaflet no. 13. Infonet Biovision.

 

Citer comme suit: 

Swartz, S. et N. Elhardt. 2023. Systèmes de litière pour la production animale. Note technique de ECHO n°98.


Etiquettes

Deep Litter