Par: Dawn Berkelaar
Publié: 17/07/2017


Pendant 20 ans, une région de l'est de l'Inde a été le nid d'une maladie neurologique mystérieuse et d’apparition soudaine qui a touché des jeunes enfants apparemment en bonne santé, entraînant des crises de convulsions, des comas et (dans 40% des cas) la mort. Cette situation se produisait à partir de la mi-mai et prenait fin en juillet avec l'arrivée des pluies de mousson.

La cause de la maladie – un taux glycémique extrêmement bas résultant de la consommation de litchis (Litchi chinensis) à jeun – a été identifiée par le Centre national pour la lutte contre les maladies en Inde et l’Office indienne des Centres de contrôle et de prévention des maladies à Atlanta. Un article récent dans The Lancet décrit l'enquête et les conclusions des chercheurs.

La plupart des enfants admis à l'hôpital avaient un nombre normal de globules blancs et aucune preuve d'infection. Aucune preuve de toxicité par des pesticides n'a été trouvée. La plupart des enfants avaient des taux de glycémie faibles. Un symptôme similaire est associé à un fruit du finsanier non mûr (Blighia sapida), qui contient une toxine appelée hypoglycine qui perturbe le métabolisme des acides gras et conduit à de faibles taux de glycémie. Les enfants touchés par la maladie avaient des niveaux anormaux d'hypoglycine dans leur urine, mais c'était à partir de litchis plutôt que de fruits du finsanier; la zone touchée par la maladie mystérieuse renferme de nombreux vergers de litchi. On a constaté que les litchis contiennent de l'hypoglycine (et une autre toxine similaire dont le nom en abrégée est MCPG), dont les fruits non mûrs contiennent plus de composés que les fruits mûrs.

L'article publié par The Lancet a démontré une association entre la maladie neurologique et la consommation de litchis à jeun (c'est-à-dire que les deux étaient liés). Mais la recherche plaide également pour la causalité (c'est-à-dire que la consommation de litchis à jeun a entraîné une maladie neurologique). Sur la base des résultats, les auteurs de l'article recommandent que 1) les jeunes enfants soient encouragés à toujours prendre un repas le soir; 2) la consommation de litchis par les jeunes enfants soit limitée; et 3) dans les cas de maladie neurologique d’apparition soudaine, que l’hypoglycémie soit contrôlée et traitée. 

Avant de lire cet article, nous n'avions pas entendu parler des potentiels effets négatifs de la consommation de grandes quantités de litchis à l'exclusion d'autres aliments. Cette situation souligne l'importance d’avoir un régime alimentaire diversifié. Ne soyez pas trop alarmé par cette recherche. Rick Burnette, membre du personnel de ECHO, a fait le commentaire suivant: « Malgré le fait d’avoir vécu et travaillé dans une zone de litchis [Thaïlande] pendant de nombreuses années, c'était la première fois que j'entendais parler de ces cas. »