Publié: 23/10/2017


La question suivante a été posée à ECHOcommunity Conversations (le nouveau forum de ECHO): 

« Je suis à la recherche de recommandations pour un certain type de culture qui pourrait me permettre d’empêcher le bétail d’entrer dans mon champ, mais qui ne va pas envahir les cultures à proximité. Quelqu’un a-t-il des suggestions? »

Roy Danforth, membre du Réseau, a partagé ses recommandations et son expérience en Afrique centrale. Veuillez partager vos propres expériences, poser des questions et entrer en contact avec d'autres à travers ECHOcommunity Conversations sur https://conversations.echocommunity.org/.

EDN 137 Figure 8 Fr

Figure 8. Une clôture combinée de tapis de Saragani, de vétiver, de sisal et d'un fossé. Source: Agroforestry in the Central African Home Garden; A manual for tree gardening in the humid tropics [Agroforesterie dans le jardin domestique d'Afrique centrale; Un manuel pour le jardinage des arbres dans les tropiques humides], Roy Danforth

Ici, en Afrique centrale, les pluies sont fréquentes et les termites sont abondants, donc abattre des arbres pour les clôtures faites de bouts de bois n'est tout simplement pas pratique - elles ne durent que quelques mois. À la ferme expérimentale et de formation du CEFA, nous avons étudié plusieurs types de «haies vives» et nous avons trouvé celui-ci meilleur.

A la bordure de votre propriété ou de votre jardin, creusez une tranchée d'un mètre de large et d'un mètre de profondeur comme premier moyen de dissuasion. Empilez toute la terre de la tranchée à l'intérieur de votre jardin ou propriété, en faisant une pente triangulaire qui se penche dans la tranchée - c'est une sorte de deuxième barrière.

Ensuite, sur le côté incliné de la colline face à la tranchée, plantez des plantes de sisal, parfois appelées cactus du siècle - le type qui a de mauvaises épines sur les bords et les extrémités des feuilles. Il existe différentes variétés, mais la grande taille est recommandée; plantez-les de 1 à 2 m l'un de l'autre sur une seule rangée ou sur deux rangées, mais décalées. Ceci est la troisième et principale partie de votre haie vive.

Quatrièmement, plantez de l'herbe de vétiver, une herbe de lutte contre l’érosion à très profondes racines, le long du bord opposé de la colline, sur le bord extérieur de la tranchée. Plantez les brins juste l’un à côté de l'autre. Tout cela prend une bonne année pour grandir et se remplir, empêchant les vaches, les cochons, les chèvres et même les gens d'entrer dans votre propriété ou votre jardin.

Une autre option consiste à ajouter des arbustes épineux entre les plants de sisal comme cinquième barrière. Si vous avez absolument besoin de la clôture maintenant, vous pouvez ajouter une sixième obstruction d'une clôture de glyricidia d'un mètre de haut, simplement en coupant des bâtons de glyricidia et en les enfonçant dans le sol. Ils poussent rapidement pendant la saison des pluies et peuvent être construits au sommet de la pente. Si vous ne savez pas ce que sont le sisal, le vétiver ou le gliricidia, regardez-les sur le web. Ici en Afrique centrale, la variété locale de haie vive est la plante de jatropha. Les boutures sont plantées les unes près des autres et poussent rapidement.

[Voir la Figure 8 pour un schéma de l'explication ci-dessus.]

Vous serez surpris de voir ce qui est disponible localement - Gliricidia était la seule plante introduite par notre programme. Les autres ont été trouvées dans la région.

Citer comme suit:

ECHO Staff 2017. Conseils sur les haies vives. Notes de développement de ECHO no 137


Collections