Par: Stacy Swartz
Publié: 26/04/2019


EDN143 Figure 9

Figure 9. Tronc d'arbre en fièvre avec des épines. Source: Stacy Swartz

L'arbre à fièvre (Acacia xanthophloea) est un arbre de taille moyenne à croissance rapide (atteignant 15 à 25 m de hauteur) à l'écorce lisse de couleur vert-jaune. Des épines atteignant 7 cm de long se développent sur le tronc et se densifient dans les branches étalées (Figure 9). On trouve l’arbre à fièvre dans toute l'Afrique, le plus souvent dans des zones marécageuses et basses. Le nom commun de l’arbre indique son association avec la fièvre du paludisme; En effet, les moustiques qui transmettent le paludisme préfèrent se reproduire dans de telles zones marécageuses. L'arbre à fièvre peut pousser sur jusqu’à 2100 m d'altitude et tolérer un gel modéré (Lemmens, 2006).

Le bois de l'arbre à fièvre est utilisé dans la construction et la menuiserie, étant durable avec une belle coloration dont les nuances varient du brun au rougeâtre. Le bois se casse facilement, à moins que l’on le fasse sécher. Le bois est également sensible aux termites et aux foreurs de bois (Triozastus baghaasi), un facteur très important à prendre en compte en cas d'utilisation du bois dans la construction et/ou la menuiserie. Les arbres à fièvre sont également utilisés comme combustible, le bois étant soit brûlé directement comme bois de chauffe, soit utilisé pour produire du charbon de bois de haute qualité (Lemmens 2006). Le charbon de bois est une ressource énergétique essentielle et la production de charbon de bois aide de nombreuses personnes à générer des revenus dans certaines régions tropicales. Si la production de charbon de bois doit être durable sur les plans environnemental et économique, les communautés ont besoin de bonnes stratégies de gestion post-récolte et de politiques environnementales incluant toutes les parties prenantes (Chidumayo et Gumbo 2013). C’est le cas des méthodes de gestion des forêts et de production de charbon de bois du district de Kilosa en Tanzanie qui constituent un exemple d’efforts concertés et durables. Des acteurs politiques, des membres de la communauté et le Tanzania Forest Conservation Group (une ONG tanzanienne) ont collaboré pour définir des pratiques de récolte et de production permettant de préserver l'écologie de la forêt et de générer des revenus à long terme. Ces pratiques incluent de ne pas retourner dans une section récoltée pendant 24 ans; laisser les troncs à au moins 60 cm en souches après la récolte; et en utilisant des fours à base de terre pour produire du charbon de bois. Une gestion détaillée des cultures pour la production de charbon de bois et de multiples technologies de traitement figurent dans le Sustainable Tree Management for Charcoal Production Acacia pocketbook [le livre de poche Acacia Pocketbook sur la Gestion durable des arbres pour la production de charbon de bois] préparé pour PISCES par Practical Action Consulting Afrique de l'Est (Oduor et al. 2012).

EDN143 Figure 10

Figure 10. Tronc de l’arbre à fièvre avec l'écorce externe endommagée. Cet arbre a été endommagé par le bétail. Source: Stacy Swartz

L'arbre à fièvre est utile pour des raisons autres que son bois. Les fleurs jaunes et parfumées de l’arbre fournissent du fourrage aux abeilles, tandis que les feuilles plumeuses peuvent être utilisées pour nourrir le bétail. L'écorce de l’arbre à fièvre est récoltée pour des applications médicinales en Afrique de l'Est. Les animaux peuvent également enlever l'écorce externe de l'arbre (Figure 10). Heureusement, l’arbre tolère très bien les dégâts causés à l’écorce et récupère souvent de la destruction humaine ou animale (Lemmens 2006). Les racines de l’arbre à fièvre forment des relations symbiotiques avec des microorganismes, qui fixent l’azote et enrichissent le sol.

Tremper les graines pendant 24 heures avant de les semer dans la pépinière peut aider à accélérer la germination. Une fois que les semis ont au moins deux feuilles, vous pouvez les repiquer dans des récipients plus grands contenant un mélange de terreau local (vous devrez peut-être ajouter un compost ou du fumier âgé s'il manque d'éléments nutritifs). Repiquez les arbres dans le champ au début de la saison des pluies pour un bon établissement. Si vous faites pousser les arbres pour la production de charbon de bois, espacez-les d'au moins 2 m l'un de l'autre (à la fois dans et entre les rangées).

En raison des épines, il est recommandé de porter des vêtements de protection lors de la récolte de toute matière végétale d'un arbre à fièvre (bois d'œuvre, graines, etc.). Les souches vont faire repousser plusieurs branches; laissez jusqu'à quatre nouvelles branches dominantes pour une production maximale. Les épines constituent un désavantage certain. De nombreuses espèces d'arbres non épineuses peuvent être utilisées en lieu et place pour la production de combustible, notamment le leucaena (Leucaena leucocephala), le gumbo limbo (Bursera simaruba), lecalliandra (Calliandra calothyrus), le Madre de Cacao (Gliricidia sepium), I'Erythrina spp., Inga spp., Grevillea spp., Albizia spp. et senna siamois (Senna siamea).

Références

Chidumayo, E.N., et D.J. Gumbo. 2013. The environmental impacts of charcoal production in tropical ecosystems of the world: A synthesis [Impacts environnementaux de la production de charbon de bois dans les écosystèmes tropicaux du monde: synthèse]. Energy for Sustainable Development 17(2): 86-94.

Lemmens, R.H.M.J. 2006. Acacia xanthophloea Benth. [Internet] Enregistrement de PROTA4U. Louppe, D., A.A. Oteng-Amoako, & M. Brink (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays-Bas. Consulté le 28 mars 2019.

Oduor, N.M., W. Ngugi, et T. wa Gathui. 2012. Sustainable Tree Management for Charcoal Production: Acacia Species in Kenya [Gestion durable des arbres pour la production de charbon de bois: espèces d'acacia au Kenya]. Acacia Pocketbook. Bloomfield, E., K. Welford, et H. Wanjiru (Rédacteur). Practical Action Consulting, Afrique de l’Est.