Par: Tim Motis
Publié: 11/07/2016


Les plantes compagnes sont une forme de culture intercalaire, généralement pratiquée dans les jardins à petite échelle, dans laquelle deux ou plusieurs espèces de plantes sont cultivées côte à côte pour un bénéfice partagé. Par exemple, les légumes d'ombre comme la laitue peuvent être cultivées dans des cultures plus hautes telles que le maïs ou le tournesol. Les plantations mixtes sont mises en place pour augmenter la productivité des cultures, diversifier les options pour l'alimentation et la génération de revenus et améliorer la résilience des jardins dans des conditions de croissance difficiles.

Les plantes à fleurs peuvent bénéficier aux jardins ou aux grandes cultures de certaines façons intéressantes. Dans le Numéro 18 des Notes de ECHO pour l’Asie, le Dr Abram Bicksler nous apprend que certaines plantes à fleurs peuvent:   

  • repousser ou confondre les insectes nuisibles
  • attirer les insectes, les oiseaux, les grenouilles et autres créatures qui se nourrissent de ravageurs nuisibles
  • attirer les ravageurs eux-mêmes, ce qui minimise les dommages à une culture principale 
  • ajouter de la beauté à un jardin ou un champ

La Banque de Semences de ECHO en Floride a obtenu deux variétés de souci, 'Crackerjack Mix' (Rose d'Inde ; Tagetes erecta) et «Sparky Mix» (Œillet d’Inde; Tagetes patula). Tant « la rose d’Inde » que « l’œillet d’Inde » viennent effectivement du Mexique et de l'Amérique centrale (voir Taylor 2011 pour un compte rendu historique de la dénomination des espèces de souci). Les plantes du souci africain poussent à 90 cm (3 pi) de hauteur, produisant de grandes fleurs dont la couleur varie entre le jaune et l’orange foncé. Par comparaison, les soucis français sont plus courts (15-45 cm [6-18 in]) et ont des  fleurs oranges/rouges plus petites.

EDN 132 Figure 5

Figure 5. Des plantes de Soucis (au premier plan, une variété inconnue) cultivée avec le Malabar épinard (arrière-plan).
Photo: Tim Motis

Les soucis ont une odeur forte qui à la fois repousse les parasites et rend plus difficile pour les insectes de trouver les plantes dont ils doivent normalement se nourrir. Des rapports sur les soucis montrent qu’ils peuvent réduire un certain nombre de parasites dans diverses cultures. Les exemples comprennent:

 

  • La cicadelle(Amrasca biguttula biguttula) et la mouche blanche (Bemisia tabaci)dans l'aubergine (Solanum melongena) (Sujayanand et al. 2015)
  • Les pucerons (Hyperomyzus lactucae et Macrosiphum euphorbiae) dans la laitue (Lactuca sativa) (Russo et al. 2005)
  • Les nématodes à galles (Meloidogyne sp.) ou les symptômes de la tomate (Solanum lycopersicum) (Abid et Maqbool 1990), la dolique (Vigna unguiculata) (Olabiyi et Oyedunmade 2007), la patate douce (Ipomoea batatas) (Kumar et al. 2005),et le soja (Glycine max) (El-Hamawi et al. 2004)

Ce ne sont pas toutes les espèces de nématodes qui sont contrôlées par les soucis. L’élimination des nématodes est plus susceptible d'être efficace lorsque les soucis se sont établis comme une couverture dense (avec des plantes séparées de pas plus de 18 cm [7 po]) avant une culture principale (Krueger et al. 2010).

Vous pouvez trouver plus d'informations sur la rose d’Inde dans une fiche technique sur les semences de ECHO pour I'Asie. Les plantes et les graines peuvent être déjà disponibles dans le pays dans lequel vous travaillez. Vous pouvez également consulter www.ECHOcommunity.org pour des informations sur les modalités d'inscription en tant qu’agent de développement actif pour demander des paquets de semences d'essai complémentaires.

Références

Abid, M., et M. A. Maqbool. 1990. “Effects of Inter-Cropping of Tagetes erecta on Root-Knot Disease and Growth of Tomato” (Effets de l'intercalage de Tagetes erecta sur la maladie des nématodes à galles et la croissance de la tomate). International Nematology Network Newsletter 7 (3): 41–42.

Bello, T. T., B. Fawole, et A. Claudius-Cole. 2014. “Management of Root-Knot Nematodes (Meloidogyne Spp) on Tomato Using Antagonistic Plants” (Gestion des nématodes à galles (Meloidogyne spp.) sur la tomate par l’utilisation de plantes antagoniques). Journal of Biology 4 (24): 97–100.

El-Gindi, A. Y., H. A. Osman, M. M. A. Youseef, H. H. Ameen, et A. M. Lashein. 2005. “Evaluation of the Nematicidal Effects of Some Organic Amendments, Biofertilizers and Intercropped Marigold, Tagetes erecta Plant on the Root-Knot Nematode, Meloidogyne incognita-Infected Cowpea Plants” («Évaluation des effets nématicides de certains amendements organiques, des biofertilisants et de la plante du souci intercalé (Tagetes erecta), sur les plantes de dolique infectées par le nématode à galles, Meloidogyne incognita »). Bulletin of the National Research Centre, Cairo, 30 (3): 307–15.

El-Hamawi, M. H., M. M. A. Youssef, et H. S. Zawam. 2004. “Management of Meloidogyne incognita, the Root-Knot Nematode, on Soybean as Affected by Marigold and Sea Ambrosia (Damsisa) Plants” (« La gestion de Meloidogyne incognita, le nématode à galles, sur le soja affecté par les plantes du souci et de l’ambroisie de mer (Damsisa) »). Journal of Pest Science 77 (2): 95–98.

Krueger, R., K. E. Dover, R. McSorley, et K.-H. Wang. 2010. “Marigolds (Tagetes spp.) for Nematode Management” («Les soucis (Tagetes spp.) pour la lutte contre les nématodes »). http://edis.ifas.ufl.edu/ng045

Kumar, N. U. S., K. Krishnappa, B. M. R. Reddy, N. G. Ravichandra, et K. Karuna. 2005. “Intercropping for the Management of Root-Knot Nematode, Meloidogyne incognita in Vegetable-Based Cropping Systems” («La culture intercalaire pour la lutte contre les nématodes à galles, Meloidogyne incognita dans les systèmes de culture basés sur les légumes). Journal of Nematology 35 (1): 46–49.

Olabiyi, T. I., et E. E. A. Oyedunmade. 2007. “Marigold (Tagetes erecta L.) as Interplant with Cowpea for the Control of Nematode Pests” (« Le souci (Tagetes erecta L.) comme plante intercalaire avec le dolique pour la lutte contre les nématodes parasites »). ESous la direction de K. Z. Ahmed 8th African Crop Science Society Conference, El-Minia, Egypt, 27-31, October, 1075–78.

Russo, S., S. M. Rodriguez, S. Delfino, et M. Badiola. 2005. “Effect of Tagetes spp. on two pests aphids of Lactuca sativa (L.)” («L’effet de Tagetes spp. sur deux pucerons ravageurs de Lactuca sativa (L.)). 37 (1): 55–59.

Sujayanand, G. K., R. K. Sharma, K. Shankarganesh, Supradip Saha, et R. S. Tomar. 2015. “Crop Diversification for Sustainable Insect Pest Management in Eggplant (Solanales: Solanaceae)” («La diversification des cultures pour une lutte durable contre les insectes parasite chez l’aubergine (Solanales: Solanacées»)). Florida Entomologist 98 (1): 305–14.

Taylor, J.M. 2011. “The Marigold: History and Horticulture.” (« Le souci: Histoire et horticulture»). Chronica Horticulturae 51:24-28.