Par: Alain Gouba
Publié: 03/01/2018


I. Aperçu sur le poulet local :

Il existe quatre (4) variétés de poulets au Burkina Faso :

  • le poulet Peulh, qui a un plumage blanc type Leghorn
  • le poulet de Dori qui est une souche légère au plumage variant entre le gris, le fauve et le noir
  • le poulet gris du centre, aux plumes du camail, de la queue et des ailes noires et celles du dos grises
  • la souche Kondé caractérisée par un plumage gris cendré, une crête simple bien sortie, droite et à 5 crétillons pointus 

II. Habitat

WAN2 figure 1

Figure 1. Case ronde avec (à gauche). Case ronde avec toiture en terrasse (au milieu). Bâtiment rectangulaire avec toiture en tôle (à droite). Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

Le bâtiment avicole offre un confort et protège les animaux contre :

les prédateurs : éperviers, chats, serpents, etc., les intempéries (chaleur, froid, pluie, etc.) et le soleil

  • Choix du site d’implantation. Le site est choisi en fonction de : 
    • l’absence de facteurs favorisant le stress (nuisances sonores) ;
    • la facilité d’accès ;
    • l’absence d’obstacle naturel ;
    • la possibilité d’extension.
    • L’orientation des vents dominants (orienter le bâtiment dans le sens Est-Ouest pour les largeurs et Nord-Sud pour les longueurs)
  • WAN2 figure 2

    Figure 2. Mangeoires poussins en bois (à gauche). Mangeoire adulte (au milieu). Mangeoire adulte en bois (à droite). Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

    Modèle d’habitat (Figure 1)
  • Equipements (Figure 2-4)

III. Alimentation : 

Une alimentation équilibrée permet à la poule locale de couvrir ses besoins d’entretien, de croissance, de production, ou de reproduction et de résister aux maladies.

WAN2 figure 3

Figure 3. Abreuvoir en terre cuite (à gauche). Abreuvoirs poussins (au milieu). Pondoir en terre cuite (à droite). Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

Types d’aliments : Il existe deux types d’aliments 

  • l’aliment simple : constitué d’une seule matière première (exemple : le maïs, le mil ou le sorgho) ;
  • l’aliment composé : constitué de plusieurs matières premières. Exemple: Son + tourteau de coton + sel + os, etc.).  
WAN2 figure 4

Figure 4. Eleveuse, type BADIARAl (à gauche) et eleveuse type CPAVI, (à droite). Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

Comment nourrir les poules

La poule locale recevra en moyenne 30g d’aliment par jour de l’âge d’un jour à 150 jours.  Les besoins alimentaires varient en fonction de l’âge des sujets. 

De l’éclosion à l’âge adulte (vers 5 mois) la composition de l’aliment a une grande importance ; ainsi, un aliment correspondant à chaque âge devra être préparé.

Abreuvement 

La volaille consomme environ deux (2) fois plus d’eau que d’aliment.

Cette consommation peut s’augmenter en fonction de certaines circonstances comme la composition de l’aliment et la forte chaleur.

Il est donc indispensable d’avoir l’eau en permanence dans les abreuvoirs. 

IV. Incubation des œufs

WAN2 figure 5

Figure 5. Chaleur bien repartie. Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

Incubation naturelle ou couvée : L’incubation naturelle consiste à faire couver par une femelle couveuse

Incubation artificielle : L’incubation artificielle se fait avec des incubateurs ou couveuses. L’incubateur doit assurer aux œufs les mêmes conditions de température, d’humidité, d’aération, et de mouvements que celles des poules.

WAN2 figure 6

Figure 6. Chaleur excessive (à gauche). Chaleur mal repartie (au milieu). Chaleur insuffisante (à droite). Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

 

V. Elevage des poussins

Il est souhaitable de préparer l'installation des poussins avant l’éclosion. Ainsi, on recommande de nettoyer le local, de désinfecter et d’installer la litière souple et épaisse (6-8 cm) dans l'éleveuse ou autour de la source de chaleur.

VI. Hygiène 

Une bonne hygiène contribue au confort et au bien-être des volailles. Elle est basée sur :

  • la distribution des aliments  et l’eau dans des mangeoires et abreuvoirs propres ; 
  • le nettoyage et la désinfection des locaux et autres matériels ; 
  • la mise en fonctionnement permanent des pédiluves.

VII. Santé

WAN2 figure 7

Figure 7. Un poulailler. Source: le personnel de ECHO Afrique de l'Ouest

le comportement d’une poule malade :

  • au repos : elle est somnolente, triste, abattue ;
  • en mouvement : elle hésite à se déplacer, l’allure est nonchalante, chancelante, avec des boiteries ou des mouvements titubants ou désordonnés ; 
  • par l’appétit : l’oiseau mange peu, ou ne mange pas du tout.
  • par l’aspect général (plumes piquées et ébouriffées, tremblements, écoulements nasaux, buccaux, et oculaires)

Principales maladies de la volaille : 

  • Maladies virales : La maladie de New Castle ou pseudopeste aviaire, la maladie de Gumboro, la variole
  • Maladies bactériennes: La pasteurellose  ou choléra aviaire, les salmonelloses.
  • Maladies parasitaires : la trichomonose, l’histomonose, les coccidioses ;
    • Parasitoses internes (causées par le ténia, l’ascaris, l’heterakis) ;
    • Parasitoses externes (causées par les poux, les puces, les argas).

Pour une poule

Gestion traditionnelle

Gestion améliorée

Œufs produits par an

36

60

Œufs couvés par an

30

30

Poussins éclos (8 sur 10 œufs couvés)

Nombre de poulets élevés et prêts à la vente

6

18

Valeur de l’excédent d’œufs
(65 FCFA par œuf)

6 x 65 = 390 FCFA

30 x 65 = 1950 FCFA

Valeur des oiseaux produits
(2000 FCFA par tête)

6 x 2000 = 12000 FCFA

18 x 2000 = 36000 FCFA

Recettes provenant de la vente (œufs + poulets)

390 + 12000 = 12390 FCFA

1950 + 36000 = 37950 FCFA

Coûts des charges (FCFA)

Aliments

0 FCFA

10290 FCFA

Autres (vaccins, médicaments)

0 FCFA

2040 FCFA

Coûts totaux

0 FCFA

12330 FCFA

Bénéfice annuel (FCFA)

12390 FCFA

25620 FCFA