Par: Annie Deutsch et Stacy Swartz
Publié: 06/04/2021


Partie 2 sur 4 d'une série sur la lutte intégrée

Les insectes ravageurs affectent toutes les formes de production agricole, des grandes cultures densément plantées aux plantes de pépinière de grande valeur en passant par les céréales stockées. Un plan de lutte contre les ravageurs doit commencer par des connaissances de base sur les espèces locales de ravageurs et une planification minutieuse de la prévention des ravageurs. Nous avons mis en évidence les stratégies de prévention des ravageurs dans le premier article de cette série sur la lutte intégrée [http://edn.link/i]. Après avoir pris des mesures de précaution spécifiques à votre région et mis en œuvre des pratiques qui empêchent les ravageurs d'entrer ou de se multiplier dans votre zone de production, vous devrez surveiller les populations de ravageurs et intervenir avant que les insectes ravageurs ne causent trop de dégâts aux cultures, ou lorsqu’ils causent déjà des dégâts. Cet article explique certains principes et pratiques pour effectuer des observations sur le terrain (échantillonnage) pour éclairer la prise de décisions en matière de lutte antiparasitaire (Figure 1). Le prochain article de cette série abordera les possibilités d'intervention et un dernier article expliquera l'évaluation et l'appréciation des efforts d'intervention ainsi que le cycle d'amélioration de la lutte intégrée.

EDN151 Fr figure 1

Figure 1. Étapes d'un exemple de cycle de lutte intégrée. La planification peut commencer à n'importe quelle étape du cycle et l'ordre des étapes est flexible. L'icône de la pyramide indique les stratégies qui préviennent ou éliminent les insectes nuisibles. Source: Adapté de farmbiosecurity, Creative Commons Attribution 3.0 license.

Contraintes éventuelles

Les petits exploitants sont confrontés à plusieurs obstacles qui les empêchent surveiller les ravageurs agricoles. Certains agriculteurs qui ont des champs éloignés de leur domicile ne peuvent se rendre au champ que pour des activités de gestion importantes telles que le semis, le désherbage et la récolte. Ce temps limité dans le champ est parfois insuffisant pour capturer les populations de ravageurs à des niveaux qui peuvent être contrôlés de manière opportune et efficace. Il se peut que les agriculteurs ne puissent pas inspecter les champs assez souvent sans utiliser des ressources précieuses (par exemple, le temps et les frais de déplacement).

1Les stades de la vie se déroulent généralement plus rapidement à des températures plus chaudes (jusqu'à un certain point) et, par conséquent, les stades de la vie sont plus courts et les populations disposant de suffisamment de ressources peuvent se multiplier plus rapidement. Nava-Camberos et coll. (2001) ont constaté que la durée de vie de l'aleurode à feuilles argentées (Bemisia argentifolii), sur le coton et le cantaloup, était en moyenne de 21 jours plus courte à 30° C qu'à 20° C.

D'une manière générale, il existe peu d'informations sur le thème de la lutte antiparasitaire en utilisant les ressources disponibles localement dans les environnements tropicaux. La température et les espèces végétales (plante hôte du ravageur) affectent la durée de vie de nombreux ravageurs (par exemple Nava-Camberos, et al. 2001 1). Un cycle de vie plus court signifie qu'une espèce d'insecte ravageur peut passer par plusieurs générations et se multiplier rapidement. Cependant, on sait peu de choses sur la façon dont les conditions tropicales sur le terrain affectent les cycles de vie des ravageurs. En outre, peu de recherches ont été effectuées pour mieux comprendre d’autres espèces hôtes tropicales de de bon nombre des principaux ravageurs et maladies agricoles.

En matière de lutte contre les insectes ravageurs, recherchez des sources d'expertise locales. Les universités agricoles régionales, les agences gouvernementales ou les organisations agricoles peuvent héberger des services de vulgarisation locaux. Des professionnels formés peuvent être en mesure d'aider à l'identification des ravageurs, à la détection précoce et aux pratiques de dépistage qui se sont avérées efficaces dans la région. Recherchez l'expertise et les connaissances locales de ces professionnels avant d'adopter des approches plus générales, telles que celles décrites dans cet article. Si votre région ne dispose pas de tels experts, vous devrez peut-être vous fier aux informations ou aux techniques qui ont été utilisées pour des situations adjacentes ou similaires.

Des contraintes telles que celles décrites dans cette section détermineront la manière dont l'observation des insectes est pratiquée localement. Le reste de cet article décrit les principes généraux et les pratiques de détection, d'identification et de surveillance des populations de ravageurs, afin d’indiquer les prochaines étapes à suivre.

Observation

Dans le monde, environ 1 million d'espèces d'insectes ont été nommées. Les scientifiques estiment que plus de 5,5 millions d'espèces supplémentaires existent mais restent à découvrir (Stork, 2018). La grande majorité des espèces d'insectes sont bénéfiques ou ont peu d'impact sur la production végétale ou l'activité humaine. Cependant, une petite partie (peut-être seulement 1% des espèces d'insectes) sont considérées comme des ravageurs (Omkar, 2018). Actuellement, les ravageurs agricoles les plus sévères sont les espèces non indigènes qui ont été introduites et disséminées dans une région, par exemple par l'importation et l'exportation de produits agricoles, dans/sur de la matière végétale, dans le sol ou suite à des événements météorologiques violents. Les prédateurs naturels qui, autrement, garderaient leurs populations en équilibre peuvent ne pas être présents en dehors des zones d'origine des insectes. Parfois, des insectes indigènes qui n’avaient pas d’effet antérieur sur les cultures des agriculteurs passent de leurs plantes hôtes à de nouvelles espèces que les agriculteurs commencent à cultiver; cela peut amener les insectes à devenir des ravageurs. Cependant, veuillez comprendre que la majorité des insectes n'endommagent pas les cultures. En fait, beaucoup sont des éléments importants d'un plan de lutte intégrée contre les ravageurs, car ils aident à maîtriser les pullulations d'autres espèces d'insectes.

Lorsque les insectes sont présents en petit nombre, il peut être difficile de déterminer si un insecte particulier est un ravageur des cultures. Les ravageurs sont souvent définis en fonction de leur comportement alimentaire; à quelle vitesse ils se reproduisent; s'ils ont ou non des ennemis naturels présents; s'ils transmettent des maladies aux humains, au bétail ou aux plantes; et / ou s'ils contaminent le produit alimentaire final. Le tableau 1 répertorie les pièces buccales et le type de métamorphose des ordres d'insectes qui comprennent les ravageurs agricoles courants. Le tableau donne également des exemples d'espèces d'insectes de chaque ordre. Le type de pièces buccales et le type de métamorphose sont des attributs utiles à connaître, car ils peuvent indiquer où un insecte ravageur pourrait être trouvé, le type de dégât qu'il pourrait causer et la meilleure façon de le traiter.

Tableau 1. Groupes, pièces buccales, type de métamorphose et exemples spécifiques d'ordres d'insectes nuisibles courants.
Ordre  Groupes Pièces buccales Metamorphose Exemple
Coléoptères scarabées
charançons
mâcheuses complète Charançon de la patate douce (Cylas formicarius)
Diptères mouches suceuses/foreuses/lapeuses complète Mouche Méditerranéenne des Fruits (Ceratitis capitata)
Hémiptères vraies punaises
pucerons
cicadelles
piqueuses-suceuses incomplète Cicadelles peintes (Endria sp.)
Lépidoptères papillons
papillons de nuit
mâcheuses (stades immatures) complète Légionnaire d'automne (Spodoptera frugiperda) et mineuse de la tomate (Tuta absoluta)
Orthoptères sauterelles
grillons
mâcheuses incomplète Le criquet pèlerin (Schistocerca gregaria)
Thysanoptères thrips rapeuses-suceuses complète (modifiée) Le thrips africain (Ceratothripoides brunneus)

 

EDN151 Figure 2

Figure 2.  La toile d'insecte est une substance créée par les insectes qui colle les feuilles ensemble. Cette photo est celle de la pyrale australe de la betterave sur l'amarante. Source: Annie Deutsch

Les comportements alimentaires des insectes dépendent de leurs pièces buccales. Les insectes ayant des pièces buccales mâcheuses enlèvent des morceaux de tissu de feuille ou de fruit, laissant des trous dans la plante. Étant donné que ces insectes ingèrent généralement des tissus végétaux, les insecticides appliqués à la surface de la plante peuvent être efficaces. En revanche, les insectes aux pièces buccales suceuses ne se nourrissent pas de l'extérieur de la plante, mais consomment plutôt la sève à l'intérieur de la plante, tuant les cellules végétales. Dans cette situation, les dégâts aux plantes peuvent comprendre une déformation des feuilles, des poinçonnages jaunes ou des grains flétris. Étant donné que les insectes qui ont des pièces buccales suceuses se nourrissent uniquement des jus internes de la plante, les insecticides appliqués à la surface de la plante ne seront pas efficaces.

La métamorphose décrit la façon dont un insecte passe d'un stade immature à un stade adulte. En métamorphose incomplète, les insectes immatures ressemblent et agissent de manière très similaire aux adultes. Les insectes qui subissent une métamorphose complète passent par un stade nymphal où ils passent d'une forme à quelque chose de complètement différent (par exemple, une chenille se transforme en papillon). Ces insectes à leurs stades immatures ne ressemblent généralement en rien aux adultes, se trouvent souvent à différents endroits et peuvent être beaucoup plus difficiles à identifier. Par exemple, de nombreux coléoptères immatures vivent sous terre ou creusent des tunnels dans les racines, mais les adultes vivent sur la partie aérienne de la plante. Souvent, un insecte n'est qu'un ravageur à un stade de la métamorphose complète; de nombreux papillons diurnes et papillons nocturnes ne se nourrissent pas à l'âge adulte et peuvent même être des pollinisateurs bénéfiques, mais les chenilles (stade immature/larvaire) peuvent complètement défolier une culture. Il y a des exceptions à ces catégories, mais il est essentiel de comprendre comment les insectes se nourrissent et se développent pour réussir à lutter contre les ravageurs.

Les dégâts causés par l'alimentation des insectes, les toiles (Figure 2) ou toute autre activité des insectes peuvent ressembler à de nombreuses maladies bactériennes, fongiques (Figure 3) ou virales ou à des symptômes de carence en éléments nutritifs des plantes. Avant de prendre des mesures contre un insecte ravageur présumé, vérifiez que les symptômes que vous observez ne sont pas causés par une infection bactérienne, virale ou fongique. Les insecticides ne sont pas efficaces contre ces types d’infections et une mauvaise utilisation des insecticides gaspille les précieuses ressources des agriculteurs et peut tuer des insectes utiles. Pour des comparaisons visuelles des maladies courantes et des dégâts causés par les ravageurs, consultez cette ressource [http://edn.link/photoi].

EDN151 Figure 3

Figure 3. Les symptômes foliaires des maladies fongiques, telles que le mildiou (A) et l'oïdium (B), peuvent ressembler aux dégâts causés par les insectes piqueurs-suceurs. Le mildiou est limité par les nervures des feuilles, ce qui lui donne une apparence de bloc avec une croissance fongique blanche sur la face inférieure de la feuille. L'oïdium présente de petites décolorations circulaires sur toute la surface de la feuille, formant souvent des spores blanches sur les deux faces de la feuille. L'un ou l'autre de ces éléments peut être confondu avec les dégâts causés par les insectes piqueurs-suceurs (C, dégâts causés par les punaises réticulées sur le haricot noir avec photo en médaillon de la punaise réticulée), qui provoquent une décoloration ponctuelle là où ils se sont nourris sur la face inférieure de la feuille. Cela peut conduire à des taches nécrotiques brunes qui ressemblent au mildiou. Source: personnel d'ECHO

Échantillonnage

Le but de l’inspection est d'estimer la population de ravageurs dans un champ ou un jardin, plutôt que de dénombrer ou de compter toute la population d'insectes. Cette estimation échantillonnée vous permet de déterminer si l'intervention pour lutter contre le ravageur vaut la peine d’y consacrer du temps, de l'argent et les impacts négatifs potentiels, ou si vous devez attendre et continuer de surveiller la population de ravageurs.

EDN151 Figure 4

Figure 4. Exemple de modèle d'échantillonnage «M» (gauche) et «W» (droite). Chaque boîte serait composée de plusieurs plantes, dont chacune est inspectée pour détecter  la présence ou l'activité d'insecte. Source: Stacy Swartz

Vous pouvez échantillonner les insectes par des comportements actifs ou par des pièges passifs. Pour les deux méthodes, considérez attentivement où échantillonner; si vous ne le faites pas, les résultats pourraient être dénués de sens. Les populations d'insectes varient en densité dans un champ, alors assurez-vous de vérifier plusieurs zones de manière aléatoire. De nombreux insectes se rassembleront dans une zone d'un champ mais seront présents en nombres beaucoup plus faibles ailleurs. Si vous n'échantillonnez que dans la zone fortement infestée, vous pourriez penser que la population de ravageurs est beaucoup plus importante qu'elle ne l'est en réalité. Si vous échantillonnez ailleurs, vous pourriez commettre l'erreur inverse de croire que les niveaux d'insectes sont très bas, alors qu'ils ne le sont pas. En général, la meilleure façon d’échantillonner activement est de suivre un modèle «M» ou «W» (Figure 4) dans tout le champ ou jardin, en faisant 5 à 10 arrêts pour inspecter les plantes en vue de détecter la présence ou l’activité des insectes. Par exemple, lors de l’inspection de la chenille légionnaire d'automne dans le maïs, il est recommandé de faire 5 arrêts dans ce schéma et d'inspecter 20 plants de maïs consécutifs à chaque arrêt. Cela permet un échantillonnage aléatoire qui représente l'ensemble du champ. Lors du dépistage, faites également attention aux zones du champ qui pourraient avoir des dégâts plus graves que d'autres (par exemple, les bords du champ ont souvent des dégâts plus importants en raison des points d'entrée à partir des zones environnantes). Dans ces cas, vous pouvez utiliser des stratégies d'intervention uniquement dans ces domaines, mais pas dans le reste du champ. Pour plus d'informations sur la façon de surveiller, confère EDN 136 [http://edn.link/insectmonitoring] (Liptak et Motis, 2017). 

EDN151 Figure 5

Figure 5. Un filet de balayage fait d'une taie d'oreiller, d'un fil épais, de bambou et une amarre en caoutchouc. Source: Annie Deutsch

L’échantillonnage actif

Vous pouvez effectuer un échantillonnage actif de différentes manières. Le filet de balayage est une façon d'estimer une population d'insectes dans tout un champ. Pour fabriquer un filet de balayage simple à partir de matériaux locaux, prenez un sac en tissu de couleur claire, ajoutez un anneau métallique ferme autour de l'ouverture (30 à 38 cm de diamètre) et attachez-le à un bâton ou à une perche (Figure 5). Les filets de balayage fonctionnent mieux pour les cultures basses telles que le riz et autres petits grains, ou les haricots non grimpants avant la floraison et les fruits - des plantes suffisamment résistantes pour supporter les dégâts sans perdre de fruits ni trop de masse de feuilles. Les filets de balayage fonctionnent également mieux pour les insectes qui se délogent facilement des plantes.

Le battage fonctionne bien pour les plantes trop grandes pour un filet de balayage. Pour utiliser cette technique, tapotez ou secouez des branches individuelles sur une bâche ou une feuille et notez le nombre et le type d'insectes qui tombent sur la bâche ou la feuille. Le battage fonctionne mieux par temps frais tôt le matin, lorsque les insectes sont plus susceptibles de tomber des branches au lieu de s'envoler.

Avec la technique d'indexation de la population, vous mesurez indirectement la population de ravageurs en observant les signes de dégâts causés par les insectes. Par exemple, vous pouvez estimer le pourcentage de défoliation des feuilles, la quantité d'excréments d'insectes (excréments), et/ou l'apparition de tentes, de nids, de toiles, de trous d'émergence ou de tunnels dans les fruits ou les tiges. Vous pouvez également écouter les bruits d'insectes, tels que lorsqu’ils mordent ou mâchent, pour vous aider à estimer les dégâts potentiels causés par les insectes.

Lorsque vous recherchez des preuves d'insectes nuisibles, assurez-vous de rassembler et d'enregistrer les données (y compris les observations). Les informations vous permettront de suivre les changements dans la population d'insectes tout au long de la saison de croissance; cela peut également vous aider à savoir quand faire le dépistage les saisons suivantes. Pour un exemple de fiche de dépistage élaborée par la Banque canadienne de céréales vivrières, consultez ce document t [http://edn.link/faw]. Bien qu'utilisée à l'origine pour la légionnaire d'automne, la ressource peut être adaptée à d'autres ravageurs.

Certains ravageurs menacent la sécurité alimentaire régionale. Pour ces derniers, des ressources peuvent être disponibles pour surveiller la propagation, alerter les agriculteurs et sensibiliser la communauté et la région. Ces ressources ne doivent pas remplacer le dépistage actif dans un domaine particulier, mais peuvent vous aider à savoir quand vous concentrer sur le dépistage. Les exemples comprennent l'application mobile Fall Armyworm Monitoring and Early Warning System (FAMEWS) [http://edn.link/2gp74n] et Locust Watch [http://edn.link/6mzwhc] (pour le criquet pèlerin). Ces deux documents sont disponibles auprès de la FAO. 

L’échantillonnage passif

EDN151 Figure 6

Figure 6. Un agriculteur utilisant un vieux récipient en plastique jaune et de l'huile moteur (non utilisée) pour piéger les ravageurs. Source: Patrick Trail

L'échantillonnage passif comprend généralement l'utilisation de pièges à insectes. Les pièges vont des pièges à phéromones très sophistiqués et coûteux à un récipient rempli d'eau savonneuse. Lors de la fabrication d'un piège maison, tenez compte de la couleur du piège, comment l'insecte sera piégé dans ou sur le piège, et à quelle fréquence vous prévoyez de vérifier le piège. À titre d'exemple, vous pouvez utiliser de l'eau savonneuse dans des casseroles ou des plats colorés (souvent le jaune est le plus attrayant pour les insectes; Figure 6); des cartes recouvertes d'une matière collante puis suspendues à un arbre ou placées sur un pieu dans un champ; ou un piège à fosse fabriqué en enfouissant une tasse dans le sol, de sorte que les insectes qui se promènent au sol tombent à l'intérieur. Confère ce poste d’un blog de recherche [http://edn.link/j4jfc2] pour une comparaison de ces trois types de pièges déployés dans un champ de sorgho à la ferme mondiale ECHO en Floride. Ajoutez toujours un peu de savon aux pièges contenant de l’eau, pour briser la tension superficielle de l’eau. Sinon, les insectes sont suffisamment petits pour rester à la surface de l'eau et s'échapper. Pour surveiller les ravageurs nocturnes tels que les papillons de nuit, vous pouvez envisager un piège à lumière. Les fruits ou autres attractifs, comme la viande, peuvent rendre un piège plus efficace ou peuvent même devenir le piège lui-même. Par exemple, dans les régions tempérées, lors de la surveillance de la mouche de la pomme (un ravageur des pommes), le piège est parfois une boule de plastique rouge recouverte d'une matière collante et parfois une vraie pomme recouverte d'une matière collante. Notez que ces pièges sont destinés à vous aider à déterminer le stade de vie du ravageur, à quel moment ils sont actifs et approximativement combien sont présents. Ils ne sont pas conçus pour attraper suffisamment d'insectes en vue de les éliminer. 

Si vous cultivez une culture de grande valeur, songez à acheter des appâts ou substances attractives à base de phéromones préparés en laboratoire (le cas échéant) pour vous aider à détecter des ravageurs spécifiques.

Les seuils d'intervention

L'une des décisions les plus difficiles que vous devrez prendre en tant qu'agriculteur est de déterminer quand une population de ravageurs est à un niveau suffisamment élevé pour que vous deviez intervenir pour en maîtriser la population.

La limite supérieure des dégâts (également connue sous le nom de niveau de préjudice économique; Figure 7) est le point auquel le profit perdu par les dégâts causés par les ravageurs est plus élevé que le coût qu'il faudrait pour intervenir. (Si vous utilisez un insecticide, les coûts comprendraient les matériaux et le temps passé au mélange, au chargement et à la pulvérisation.) Dans l’idéal, vous ne devriez jamais atteindre ce point, car vous devriez intervenir plus tôt.

EDN151 Fr figure 7

Figure 7. Ce schéma aide à expliquer le calendrier des interventions. La limite inférieure des dégâts indique le moment où une intervention doit être effectuée pour maîtriser la population de ravageurs afin de l'empêcher d'atteindre la limite supérieure des dégâts. Si aucune intervention n'est effectuée, la population de ravageurs ira probablement au-delà de la limite supérieure des dégâts. Source: Stacy Swartz

La limite inférieure des dégâts (seuil économique) est le seuil d'action. À ce stade, vous ferez bientôt face à une perte économique si vous n'agissez pas rapidement. Lorsque vous vous trouvez à la limite inférieure des dégâts, vous devez prendre une décision sur la façon de maîtriser la population des ravageurs pour l'empêcher d'atteindre la limite supérieure des dégâts.

Les limites supérieures et inférieures varient d'un ravageur à l'autre et d'une culture à l'autre. Elles dépendent d'un certain nombre de facteurs, notamment la valeur des cultures, l'emplacement des dégâts causés par les insectes et la maturité des cultures. La valeur de la culture, le facteur le plus important, est basée sur la rentabilité financière et/ou le besoin de la culture comme nourriture pour la famille. Les cultures qui ont une plus grande valeur ont des limites de dégâts plus faibles. Les limites varient également en fonction du type d'insecte qui cause les dégâts et de la partie de la culture dont il se nourrit. Par exemple, les arbres fruitiers peuvent généralement tolérer un plus grand nombre d'insectes se nourrissant des feuilles que les insectes se nourrissant directement des fruits. Ainsi, les seuils de dégâts pour les arbres fruitiers seront généralement moins élevés pour les insectes se nourrissant des fruits plutôt que des feuilles. L'âge de la culture modifie également les limites, car les plantes tolèrent généralement plus de dégâts à certains stades de croissance. Par exemple, des graines nouvellement germées ou de petites greffes ne peuvent pas tolérer autant de dégâts que des plantes plus grandes et établies.

La présence d'insectes qui transmettent des maladies (vecteurs) entraîne également des limites de dégâts plus faibles. La présence d’un nombre relativement moindre de ces insectes peut causer des dégâts importants, bien au-delà des dégâts causés par les prélèvements alimentaires. Un exemple de vecteur est Bemisia tabaci, un aleurode qui transmet le virus de la mosaïque africaine du manioc.

Conclusion

La lutte intégrée est une approche de gestion de la lutte antiparasitaire qui combine de nombreuses stratégies d'intervention différentes et uniques. Pour améliorer continuellement votre plan de lutte antiparasitaire, vous devez continuer à vous renseigner sur les ravageurs, à observer les ravageurs et à évaluer l'efficacité de vos interventions de lutte antiparasitaire. Dans le prochain article de cette série, nous décrirons les possibilités d'intervention. Un dernier article expliquera comment évaluer les stratégies d'intervention, évaluer leur efficacité et apporter des ajustements aux futurs plans de lutte antiparasitaire.

Lectures complémentaires

Si vous êtes concerné par une pépinière sous les tropiques, consultez la section « Problem Prevention and Holistic Pest Management» in the USDA’s publication Tropical Nursery Manual: A guide to Starting and Operating a Nursery for Native and Traditional Plants [Prévention des «problèmes et gestion holistique des ravageurs»] dans la publication de l'USDA intitulée [http://edn.link/2mtf7j]. Cette section commence à la page 273.

Pour un guide de l'animateur sur l'identification et la surveillance des insectes, consultez le module de formation sur l'identification et la surveillance des insectes de Canadian Foodgrains Bank [http://edn.link/9r7z6f]. 

Références

Liptak, C. et T. Motis. 2017. Surveillance des cultures pour la détection précoce des insectes ravageurs. Notes de développement de ECHO n° 136.

Nava-Camberos, U., D.G. Riley, et M.K. Harris. 2001. Temperature and host plant effects on development, survival, and fecundity of Bemisia argentifolii (Homoptera: Aleyrodidae) [Effets de la température et de la plante hôte sur le développement, la survie et la fécondité de Bemisia argentifolii (Homoptera: Aleyrodidae)]. Environmental Entomology 30(1):55-63.

Omkar. 2018. Pests and Their Management [Les ravageurs et comment les combattre]. In: Omkar (Ed.) Pests and Their Management. Springer, Singapore.

Stork, N.E. 2018. How Many Species of Insects and Other Terrestrial Arthropods are there on Earth? [Combien d'espèces d'insectes et d'autres arthropodes terrestres y a-t-il sur Terre?] Annual Review of Entomology 63:31-45.

Citer comme suit:

Deutsch, A. et S. Swartz. 2021. Lutte contre les insectes nuisibles: les possibilités de surveillance des populations de ravageurs. Notes de développement de ECHO n° 151.