Par: Brian Flanagan en tant que projet de MEAS (Modernizing Extension and Advisory Services) financé par USAID
Publié: 19/05/2015

Évaluer cette ressource


Introduction

MEAS - Participatory Methods and Tools in Community Development: Figure 1 Figure 1 : Un agent de développement communautaire en réunion avec un groupe de membres communautaires (Source : Brian Flanagan).

Une approche d'apprentissage participatif, appliquée à chaque étape d'un projet de développement communautaire, est cruciale pour atteindre le niveau de participation des parties prenantes nécessaire pour un changement durable et positif. L'utilisation de méthodes d'enquête et de planification participatives dans le processus de développement encourage l'appropriation communautaire des projets, permet à l'information de circuler entre la communauté (Fig. 1) et l'organisation de développement, et renforce la responsabilité entre l'organisation et la  communauté. Les méthodes et les outils participatifs suivants, qui peuvent être utilisées pour encourager la participation des membres de la communauté dans les activités du programme, sont tirés des documents de MEAS sur Participatory Methods and Tools for Extension (Les Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative).

Évaluation rurale rapide (RRA)

L'évaluation rurale rapide (ERR) est non pas un outil, mais une gamme de méthodes d'évaluation. L’ERR est un hybride d'enquêtes formelles et de méthodes de recherche non structurées telles que l’entrevue approfondie, des groupes de discussion et des méthodes d'observation. Les procédures de l’ERR prennent peu de temps dans leur mise en œuvre, ce qui donne des indications précieuses concernant une communauté sur une courte période de temps et à un coût relativement faible.

Les données secondaires sont revues avant de faire des recherches sur le terrain. Les sources des données secondaires comprennent des documents pertinents de recherche, des revues, des livres, des documents de projet, les résultats des enquêtes précédentes, des cartes, et même des journaux. Les organismes gouvernementaux, les universités, les centres de recherche, les ONG et d'autres institutions sont également de bonnes sources d'information. Les données de terrain sont recueillies par observation (par exemple, l'utilisation des terres, les modes de culture, et les pratiques agricoles) et des entretiens semi-structurés d'agriculteurs, de dirigeants locaux et de fonctionnaires. Les éléments clés de la méthode ERR sur le terrain sont de trois ordres : observer tous les comportements et les pratiques agricoles, discuter avec les agriculteurs locaux pour entendre leurs préoccupations et leurs points de vue, et enregistrer tout ce qui a été observé et entendu pour une dernière révision. 

Il est souhaitable que les équipes de recherche ERR soient composées d'hommes et de femmes de diverses disciplines. Il est également préférable que l'équipe soit composée à la fois de personnes qui sont familières avec la communauté et celles qui ne le sont pas. Les « internes » fourniront des connaissances internes de la situation locale et les « externes » fourniront des perspectives et des options possibles --- basées sur l'expérience acquise dans d'autres zones du projet --- qui pourrait autrement être ignorée. Pour en savoir plus sur la réalisation d'une ERR, reportez-vous à Participatory Methods and Tools for Extension: Rapid Rural Appraisal (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative : Document sur l’Evaluation Rurale Rapide).

Carte de mobilité

Ceci est une méthode pour acquérir une compréhension des schémas de déplacement pour un individu, un groupe ou une communauté. Une carte de mobilité permet de mieux comprendre où vont les gens, pour quelle raison, à quelle fréquence, à quelle distance, et pourquoi ils visitent ces lieux. Lors de l'élaboration d'une telle carte, la sensibilisation aux questions de l’égalité entre les hommes et les femmes et la sensibilité à ces questions peuvent être améliorées par l'identification des différences dans les schémas de mobilité entre les sexes. Une bonne compréhension des schémas de mobilité améliore les efforts de planification de projets, puisque l'impact des interventions est plus facilement anticipé et évalué. Pour plus d'informations sur la façon de faire une carte de mobilité, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Mobility Map (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la Carte de mobilité).  

Carte sociale

La carte sociale explore où et comment les gens vivent ainsi que les infrastructures disponibles pour l'activité sociale : les routes, les systèmes de drainage, les écoles, les installations d'eau potable, etc. La carte sociale peut être utilisée pour recueillir des informations sur un village tels que :

  • La répartition ethnique
  • Les institutions sociales et l'économie
  • Les structures familiales
  • Les institutions gouvernementales disponibles
  • L’éducation et la religion 
  • Les groupes sociaux et les interactions
  • Les systèmes de valeurs
  • Les pratiques de coopération et de conflit

Une carte sociale est construite par les populations locales. Elle n’est pas à  l'échelle, puisque l'objectif principal est d'identifier ce que les populations locales pensent être pertinent et important pour eux. La cartographie sociale est une méthode participative qui a fait ses preuves, même avec des gens qui sont analphabètes ou marginalisés dans une communauté. En utilisant les informations de cartes sociales, des agents de développement peuvent concevoir et planifier les interventions dans les communautés pour améliorer les services de vulgarisation et de consultation. Pour plus d'informations sur la façon de faire  des cartes sociales, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Social Mapping (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la Carte Sociale).

Carte des ressources

MEAS - Participatory Methods and Tools in Community Development: Figure 2

Figure 2 : Un propriétaire local de verger montrant la carte de ses ressources de la ferme (Source : Brian Flanagan)

Une carte des ressources est construite par les habitants, montrant les ressources naturelles dans une communauté. Les populations locales se fondent sur leur connaissance de la région pour identifier des ressources telles que la terre, les fleuves, les collines, les champs, la végétation, et éventuellement les habitations (Fig. 2). Ce faisant, la confiance en soi chez les participants se consolide.

Ces cartes sont destinées à indiquer le point de vue d'une communauté sur leurs ressources naturelles plutôt que de montrer des mesures précises. Elles aident à créer une compréhension commune des ressources locales qui sont disponibles, et servent également de référence pour le suivi et l'évaluation. Pour plus d'informations sur la façon de faire une carte des ressources se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Resource Map (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la carte des ressources).

Transect

Les transects sont utilisés pour découvrir la dimension spatiale des réalités des membres de la communauté. L'outil met l'accent sur les ressources naturelles d'une communauté tout en tenant compte de ses aspects sociaux. Un transect est une coupe transversale des différentes zones agro-écologiques et offre une évaluation comparative des zones en fonction de différents paramètres (par exemple, la topographie, l'utilisation des terres, le type de terre, le type de sol, la fertilité des sols, l'accès à la propriété, la végétation, les cultures, les solutions, les opportunités, et les problèmes). Des aspects sociaux tels que les dimensions liées au genre peuvent être intégrés dans l'analyse en fonction de l'objectif  global de l'exercice. Les transects sont souvent menés après un exercice de cartographie des ressources ou de cartographie sociale comme un moyen de trianguler l'information. 

Un transect est constitué de deux étapes principales :

  • Une promenade systématique avec les animateurs et les membres des communautés locales pour observer la région environnante, en collectant des détails tels que la topographie, les ressources naturelles, les opportunités et les  problèmes.
  • La création d'un diagramme de transect de la route à pied, en divisant la région en zones agro-écologiques et en listant les paramètres, les problèmes et les solutions potentielles pertinentes à chaque zone.   

Pour plus d'informations sur la façon de élaborer une carte de transect, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Transect (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur le transect).

Mobilisation des atouts de la communauté

En réponse aux défis, les communautés peuvent soit se concentrer sur leurs besoins, leurs insuffisances ou leurs problèmes, ou ils peuvent aborder la découverte de leurs propres capacités et atouts. Alors que le fait de se concentrer principalement sur les problèmes ou les besoins peut distraire la communauté et l’empêcher d'identifier les ressources locales disponibles, la méthode de réponse aux problèmes reposant sur les atouts est un moyen de faire participer un groupe diversifié de membres de la communauté dans le processus de développement et d’identifier les ressources locales qui peuvent être étoffées pour un renouveau. Les atouts de la communauté peuvent inclure les éléments suivants : les capacités et les compétences des membres de la communauté, les ONG publiques et privées et les institutions locales, les ressources physiques, les réseaux personnels, et le financement de bailleurs de fonds extérieurs. Plus de détails sur la mobilisation des atouts  de la communauté et la façon de mener le processus peuvent être consultés dans Participatory Methods and Tools for Extension: Mobilizing Community Assets (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la mobilisation des atouts de la communauté).

Ligne de temps

La ligne de temps est un procédé par lequel les populations locales rappellent la chronologie des événements passés, en documentant des repères historiques importants pour leur communauté. C’est un outil utile à utiliser au début de la collecte d'informations et il peut être un bon moyen de commencer à développer une relation avec la communauté. Lorsque vous utilisez cette méthode, il est important d'avoir  des anciens impliqués dans le processus pour donner des perspectives historiques. Une ligne de temps peut aider à recueillir des informations sur les points suivants :

  • Apprendre  les  événements passés  qui  sont  importants pour  les  communautés
  • Comprendre la perspective historique de la communauté sur les enjeux actuels
  • Recueillir les informations selon l'année
  • Créer une conversation sur des questions qui concernent la communauté (par exemple, la santé, la sécurité alimentaire, les questions de genre, l'éducation, la technologie, la situation économique)

Les étapes sur la façon d’élaborer une ligne de temps peuvent être consultés dans Participatory Methods and Tools for Extension: Time Line (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la ligne de temps).

Analyse de la Notation du Bien-être

La Notation du bien-être est centrée sur le point de vue des membres de la communauté locale sur la richesse, la notation et le bien-être en matière de revenus, des atouts et de leur perception de la différence socioéconomique entre les ménages.

Les notations de bien-être peuvent être utilisés pour ce qui suit :

  • Évaluer les programmes en identifiant si les activités profitent au groupe cible.
  • Localiser et classer les ménages et / ou les groupes en se fondant sur le bien-être relatif dans les domaines de la rémunération, de la richesse, des ressources, et du statut au sein  de la communauté.
  • Élaborer des programmes en ligne avec les objectifs des gens qui ont trait aux moyens de subsistance, à la vulnérabilité et aux contraintes.

Les notations de bien-être peuvent être réalisées de différentes manières telles que l'utilisation d'une combinaison de la méthode de tri de carte et le procédé de carte sociale. Pour plus de détails sur les usages de notations de bien-être et la façon de mener le processus, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Wellbeing Ranking Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur l’analyse de la notation du bien-être).

Analyse des tendances

L'analyse des tendances est le récit du passé par des gens dans une communauté. Cette méthode peut donner une idée des changements quantitatifs dans le temps des différentes facettes d'une communauté. Les tendances qui peuvent être mesurées dans une communauté comprennent les rendements des cultures, le nombre d'arbres, de bétail et de populations humaines, les précipitations, la  superficie cultivée, etc. En consignant de larges mouvements ou en prenant des tendances, on peut mieux comprendre l'impact que les tendances ont sur la communauté locale. D'importantes leçons peuvent être tirées en discutant des raisons expliquant le succès ou l'échec des interventions passées. Pour en savoir plus sur l'analyse des tendances et la façon de mener la méthode avec les membres d'une communauté, se reporter à Participatory Methods and Tools for Extension: Trend Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document d'analyse des tendances).

Brainstorming

MEAS - Participatory Methods and Tools in Community Development: Figure 3

Figure 3 : Des agents de développement communautaire conduisant une session de brainstorming (Source : Brian Flanagan)

Le brainstorming est une méthode permettant aux gens de partager un large éventail d'idées avant qu'une décision soit prise. Les participants sont encouragés à partager leurs idées sans crainte d'être corrigé ou contesté, même si les idées peuvent ne pas suivre la pensée traditionnelle (Fig. 3). Un résultat final du processus est une longue liste d'idées créatives  dont on se servira pour l'élaboration d'une solution. Le brainstorming libère les gens à penser de façon créative et les encourage à prendre des mesures. Parce que le processus est participatif, chacun se sent partie prenante du processus de prise de décision. Pour en apprendre davantage sur les étapes impliquées dans le brainstorming, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Brainstorming (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Le brainstorming). 

Diagramme de Venn (ou Diagramme de Chapati)

Ceci est une méthode visuelle participative pour comprendre comment la communauté considère un certain nombre d'éléments (groupes sociaux, individus, institutions, maladies, ressources naturelles, etc., et toutes autres combinaisons) par rapport à quelques (de préférence deux) variables telles que : l’importance, la prévalence et la proximité perçue. L'objectif de la méthode est de mieux comprendre la perception de la communauté des institutions, des individus et des programmes ainsi que les processus de prise de décision d'une communauté. Cela permet d'identifier des facteurs tels que la faiblesse et les forces des relations entre les villages et les institutions, les duplications ou les lacunes des services entre les établissements, et la structure du pouvoir au sein des villages. Les étapes à suivre pour réaliser un diagramme de Venn peuvent être consultées dans Participatory Methods and Tools for Extension: Venn Diagram (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur le diagramme de Venn).

Analyse des rapports de force

Ceci est une méthode qui étudie deux forces antagonistes agissant sur une situation. Elle peut être utilisée pour examiner tous les facteurs en jeu dans une situation ; par exemple pour identifier les forces négatives (obstacles, lacunes, problèmes) ainsi  que les forces positives (ressources, compétences, attitudes). L’analyse des rapports de force est un outil précieux pour aider les groupes à mieux comprendre les problèmes qui doivent être résolus et l'identification de ce qui est nécessaire pour réussir dans des situations spécifiques. Pour plus d'informations sur la réalisation d'une analyse des rapports de force, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Force Field Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur l’analyse des rapports de force). 

Analyse des lacunes

L’analyse des lacunes met en évidence des barrages routiers qui font obstacle au  but désiré. Elle aide les groupes à mieux comprendre l'écart entre leur état actuel et où ils veulent finir. Les groupes sont capables de reconnaître leur état actuel, de s'accorder sur un futur désiré, et d'identifier les mesures qu'ils doivent prendre pour y arriver. Le processus est hautement participatif, aligne les groupes, et crée de l'énergie. Pour plus d'informations sur la façon de procéder à une analyse des lacunes, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Gap Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document  sur l'analyse des lacunes).

Entretiens de groupes

Cette méthode est utilisée pour recueillir des informations à partir d'un groupe spécifique de personnes au sujet de leurs expériences et opinions sur un sujet particulier. Lors de la planification d'un entretien de groupe, ce qui suit devrait être décidé : l'objectif du groupe, les informations nécessaires dans le groupe, et comment l'information doit être utilisée. Comme le modérateur détermine souvent le succès des discussions thématiques de groupe, la personne devrait être accessible, attrayante et capable de gagner la confiance du groupe. Pour en savoir plus sur comment diriger et analyser des données provenant d'entretiens de groupes, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: Conducting Focus Group Interviews (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : La direction des entretiens de groupes).

Groupes consultatifs

MEAS - Participatory Methods and Tools in Community Development: Figure 4

Figure 4 : Un comité consultatif local discutant d'un projet de développement local (Source : Brian Flanagan)

Les groupes consultatifs (Fig. 4) sont formés pour représenter les idées et les attitudes d'une communauté. Idéalement, ces groupes sont diversifiés, dans le souci que la communauté soit bien représentée dans le processus d'évaluation et de réponse aux besoins locaux d'un programme. Le groupe consultatif peut assurer la sensibilisation de la communauté, identifier les parties prenantes appropriées, et  offrir des conseils techniques. Des précautions doivent être prises pour maximiser les compétences du groupe, assurer que la communauté est représentée de façon adéquate, et résoudre les conflits potentiels entre le groupe consultatif et d'autres organes décisionnels. Pour en savoir plus sur les avantages et les inconvénients des groupes consultatifs, se référer à Participatory Methods and Tools for Extension: How Can an Advisory Group Serve a Community? (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Comment un groupe consultatif peut servir une communauté ?).

Schématisation conceptuelle

La schématisation conceptuelle est une méthode qui permet de recueillir un large éventail d'idées d'une population, puis l'organisation et l'attribution de valeurs à l'idée. Cela crée une image de la façon dont des idées différentes sont liées les unes aux autres. Les cartes conceptuelles commencent par une question rapide ou centrale présentée aux participants qui étudient diverses idées. Cela crée l'information qui sera schématisée. Un exemple d'une question rapide serait quelque chose comme ceci : « Je serais beaucoup plus en mesure de commercialiser et de distribuer mes produits si ..... » La schématisation conceptuelle utilise des méthodes statistiques acceptées et peut produire un produit final en quelques heures. La méthode permet également d'examiner la réponse estimative des populations ou comparer et contraster les sous-groupes au sein de la population. Les cartes créées sont partagées avec le groupe et peuvent être utilisées pour créer plus de discussion en profondeur sur le sujet. La schématisation conceptuelle est un processus qui maintient un groupe sur la tâche, conscients de l'endroit où ils sont dans le processus, et permet aux participants individuels de voir comment leurs idées sont utilisées. Pour plus d'informations, se reporter à Note Technique sur Applying the Concept Mapping Methodology (L'Application de la Méthodologie de la Schématisation Conceptuelle).

References

Cho, Khin Mar, and Donald Tobias. 2012. Technical Note on Applying the Concept Mapping Methodology (Note Technique sur l'Application de la Méthodologie de la Schématisation Conceptuelle). Modernizing Extension and Advisory Services.

Ferguson, Oliver, and Kathryn Heinz. 2014a. Participatory Methods and Tools for Extension: Brainstorming (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Le brainstorming). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014b. Participatory Methods and Tools for Extension: Conducting Focus Group Interviews (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : La direction des entretiens de groupes). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014c. Participatory Methods and Tools for Extension: Force Field Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur l’analyse des rapports de force). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014d. Participatory Methods and Tools for Extension: Gap Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document d'analyse des lacunes). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014e. Participatory Methods and Tools for Extension: How Can an Advisory Group Serve a Community? (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Comment un groupe consultatif peut servir une communauté?) Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014f. Participatory Methods and Tools for Extension: Mobility Map (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : La Carte de mobilité). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014g. Participatory Methods and Tools for Extension: Mobilizing Community Assets (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la mobilisation des atouts de la communauté). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014i. Participatory Methods and Tools for Extension: Rapid Rural Assessment (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative : Document sur l’Evaluation Rurale Rapide). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014j. Participatory Methods and Tools for Extension: Resource Map (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la carte des ressources). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014k. Participatory Methods and Tools for Extension: Social Map (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la Carte Sociale). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014l. Participatory Methods and Tools for Extension: Time Line (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur la ligne de temps). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014m. Participatory Methods and Tools for Extension: Transect (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur le transect). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014n. Participatory Methods and Tools for Extension: Trend Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Analyse des tendances). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014o. Participatory Methods and Tools for Extension: Venn Diagram (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Diagramme de Venn). Modernizing Extension and Advisory Services.

———. 2014p. Participatory Methods and Tools for Extension: Wellbeing Ranking Analysis (Méthodes et Outils de Vulgarisation Participative de MEAS : Document sur l’analyse de la notation du bien-être). Modernizing Extension and Advisory Services.

Further Reading

MEAS Documents

Myers, Brian E. 2012. Technical Note on Creating Concept Maps (Note technique sur la création de cartes conceptuelles). Modernizing Extension and Advisory Services.

ECHO Documents

Meitzner, Laura. 2000. Now That I’m Here, How Do I Begin? (Maintenant que je suis là, comment commencer?) ECHO Development Notes, no. 69 (September).

Meitzner, Laura. 2001. Designing a Participatory Mapping Program: Lessons Learned from Papua (Irian Jaya), Indonesia (Conception d'un programme de cartographie participative : Leçons tirées de la Papouasie [Irian Jaya], en Indonésie). ECHO, inc. 

TN 83 logos