Par: Brian Flanagan en tant que projet de MEAS (Modernizing Extension and Advisory Services) financé par USAID
Publié: 30/04/2015

Évaluer cette ressource


Introduction

Les changements climatiques sont l'un des plus grands défis auxquels fait face actuellement l'humanité. Ils vont de plus en plus avoir un impact sur les petits agriculteurs ruraux des pays en développement, ainsi que les praticiens agricoles en partenariat avec eux. Les agents de développement ne seront pas seulement de plus en plus invités à répondre à des situations d'urgence causées par les changements climatiques, mais devraient aider les collectivités à s’adapter et à renforcer la résistance aux éventuels chocs (exemple de la figure. 1). Les changements climatiques ont des répercussions graves sur la production alimentaire, la gestion des ressources naturelles (GRN) et une dépendance vis-à-vis de l'agriculture à la fois pour la réduction de la pauvreté et le développement économique.

ECHO Summary - MEAS Brief #3 : Figure 1

Figure 1: Une route agricole inondée, après plusieurs jours de fortes précipitations (Source: Brian Flanagan).

Ce document est tiré de la Note d’information n ° 3 de MEAS intitulé Adaptation under the New Normal of Climate Change: The Future of Agricultural Extension and Advisory Services (Adaptation dans le cadre de la Nouvelle Norme des Changements Climatiques : L'avenir des services de vulgarisation et de conseil agricoles). Écrit à l’intention des prestataires de services de vulgarisation et de conseil, la Note d’Information de MEAS contient des renseignements utiles aux praticiens qui travaillent à développer des stratégies pour aider les agriculteurs de petite échelle à s’adapter et à faire face aux effets des changements climatiques.

Ce document va d'abord discuter des changements climatiques et des impacts connexes sur les petits agriculteurs. Il va ensuite définir des stratégies générales de changements climatiques, et quand les appliquer, terminant avec quelques points clés que les agents de développement doivent prendre en compte au moment d'aider les petits agriculteurs à faire face aux changements climatiques.

Les changements climatiques et leurs effets

Pour aider les agriculteurs de petite échelle à faire face aux changements climatiques, il est important que les agents de développement comprennent le sujet. Cela nécessite la compréhension de la nature des changements, les défis associés et les impacts probables. Ce sera un processus lent qui est très complexe, sans retour à des conditions climatiques antérieures au cours de la vie d’un individu. Les changements auront une incidence sur diverses caractéristiques météorologiques, notamment la température de l'air, les quantités et les schémas des précipitations, et la fréquence des phénomènes météorologiques violents. À leur tour ces conditions météorologiques et ces caractéristiques vont entraîner une pression sur un réseau complexe de relations entre les systèmes sociaux, environnementaux, économiques et alimentaires. Deux dimensions de ce phénomène qui constitueront un défi pour les petits agriculteurs et ceux qui travaillent avec eux sont les tendances des changements climatiques et les perturbations météorologiques.

Tendances des changements climatiques

L'augmentation des gaz à effet de serre, et du dioxyde de carbone (CO2), entraîne une augmentation des températures sur les surfaces terrestres et maritimes, provoquant une montée lente de la température moyenne mondiale de l'air. L’accroissement de la température de l'air provoque des effets secondaires qui comprennent:

  • Des modifications concernant la saisonnalité, qui touchent plus particulièrement le début et la durée des saisons chaudes dans les climats nordiques;
  • Des modifications concernant le début et durée de la saison des pluies dans les régions tropicales;
  • La hausse du niveau des mers et les changements du débit d'eau douce à cause de la fonte des glaciers dans les latitudes nordiques;
  • Une augmentation du cycle de l'eau à travers le système climatique quand de l'air plus chaud transporte plus d'humidité, avec des prédictions que la distribution résultant de l'humidité sera non-uniforme—les régions sèches deviendront probablement plus sèches et les régions humides deviendront probablement plus humides.

Perturbations météorologiques

ECHO Summary - MEAS Brief #3 : Figure 2

Figure 2. Nombre de Phénomènes Météorologiques Extrêmes à l'échelle Mondiale, par année (Source: Simpson and Burpee 2014)

Les phénomènes météorologiques extrêmes se produisent plus fréquemment (Fig. 2), pour des périodes de temps plus longues, et avec une sévérité accrue. Ces phénomènes comprennent des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des ouragans / cyclones / typhons. L'air chaud chargé d'humidité supplémentaire, avec l'augmentation de l'énergie stockée dans les océans, conduisent à des tempêtes plus intenses et plus fréquentes ainsi que des changements systémiques au niveau des précipitations. Il est prévu que les cas de chaleur extrêmes qui se produisent généralement tous les 20 ans auront lieu jusqu’à tous les deux ans. Des événements rares tels que les tempêtes qui se produisaient une fois en 50 ans seront plus fréquentes.

Effets des changements climatiques sur les communautés agricoles rurales

Autour des tropiques, des agriculteurs plus âgés et plus expérimentés discutent des changements qu'ils observent dans le temps et le climat depuis plusieurs décennies. On peut toujours s’attendre à ces changements, avec des zones tributaires de l'agriculture pluviale particulièrement vulnérables, quand la durée et le début de la saison des pluies deviennent moins prévisibles.

Il est prévu que d'ici 2100, la température moyenne de la saison de croissance dépassera les tolérances de température pour de nombreuses cultures dans leur région de production. Les niveaux élevés de la fonte des glaces de mer vont submerger les îles de faible altitude et les zones côtières. Cela conduira à une augmentation de l'intrusion d'eau salée dans les systèmes fluviaux côtiers et les eaux souterraines, le déplacement d'un grand nombre de la population mondiale vivant à moins de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer.

De nombreux agriculteurs ruraux éprouvent déjà des difficultés à mesure que les ressources naturelles se dégradent. Au fur et à mesure que les effets de l'évolution des changements climatiques et des perturbations météorologiques augmentent, il y aura une diminution continue des actifs des ruraux pauvres. Quand les biens humains, financiers, naturels, sociaux, politiques, et physiques diminuent, il faudra plus de temps pour les communautés rurales pour se remettre des chocs même modestes.

Heureusement, l'un des points forts des collectivités rurales est leur capacité à s'adapter aux changements qui affectent leurs moyens de subsistance. Ayant accès à la connaissance et aux outils nécessaires, elles seront équipées pour s'adapter aux changements climatiques.

Stratégies contre les changements climatiques et quand envisager de les adopter

Les stratégies utilisées pour lutter contre les changements climatiques et/ou leurs impacts devraient aider les communautés rurales vulnérables à les atténuer, à s’y adapter et/ou à leur faire face. Les stratégies d'atténuation réduisent les risques de poursuite des changements climatiques par la conservation des stocks de carbone, la diminution des émissions de CO₂, et l’utilisation des arbres et des matières organiques du sol pour séquestrer le CO₂ de l’atmosphère. Les stratégies d'adaptation adaptent les moyens de subsistance des communautés aux changements de conditions météorologiques, et restaurent les ressources naturelles. Les stratégies de résilience renforcent la capacité des systèmes naturels et humains à résister et à se remettre des chocs.

Beaucoup de communautés rurales souffrent à cause de la dégradation des ressources naturelles. Avec les impacts des changements climatiques favorisant cette dégradation des ressources naturelles, il est important que les stratégies agricoles individuelles liées aux changements climatiques s’occupent d’un plus grand paysage et des défis de GRN.

En aidant les agriculteurs à faire face aux changements climatiques, le plus grand défi pour les agents de développement est de donner des conseils judicieux aux agriculteurs, les aider à faire un changement adaptatif spécifique tout en déterminant le calendrier, la nature et l'emplacement appropriés de chaque intervention. Lors de la transition des conditions actuelles aux conditions futures prévues, il faut garder en vue le contexte des problèmes spécifiques à l'emplacement, à l'échelle appropriée, au laps de temps et à la disponibilité des ressources.

Les points clés dont les agents de développement doivent tenir compte lors de la promotion de l’adaptation aux changements climatiques

Accès à l'information

Les agents de développement peuvent être le lien entre les populations agricoles rurales, les sources d'information sur les changements climatiques et les outils nécessaires pour s'adapter. Avec des ressources souvent rares ou difficiles d'accès pour les communautés rurales des pays en développement, l'agent de développement est souvent mieux placé pour accéder et rester sur la page des dernières informations.

ECHO Summary - MEAS Brief #3 : Figure 3

Figure 3: L'agroforesterie adoptée dans une zone de faibles précipitations et de faible productivité des cultures (Source: Brian Flanagan).

Les agents de développement devraient également profiter des possibilités de réseautage, à la fois aux niveaux national et international, pour accéder à de potentielles solutions techniques et sociales. L'élaboration de stratégies d'adaptation appropriées exige que l'agent de développement possède les connaissances et les compétences nécessaires pour préparer les communautés aux effets complexes et variables des changements climatiques. Cela peut être fait en apprenant comment d'autres se sont adaptés à des changements importants concernant le climat. Cela implique de tirer des leçons des réponses de la communauté locale, des ONG internationales, des instituts de recherche, et des organismes gouvernementaux.

Comme les changements climatiques sont un processus évolutif, et que l'efficacité de certaines stratégies d'adaptation varie avec les conditions propres à un site, une expérimentation à faible risque peut être nécessaire pour optimiser les stratégies d'efficacité dans les conditions locales. Voici quelques exemples de stratégies à envisager et à découvrir pour aider les agriculteurs à s’adapter aux changements climatiques :

  • Opter pour des cultures ou des variétés qui sont plus tolérantes à l'évolution des tendances des changements climatiques (par exemple les variétés tolérantes à la sécheresse dans les zones qui connaissent moins de précipitations) ;
  • Adapter ou modifier les systèmes d'utilisation des terres (par exemple passer des cultures annuelles à un système d'agroforesterie);
  • Utiliser l'irrigation pour compléter la production pluviale quand la fréquence et la durée des périodes de sécheresse s’accroissent ;
  • Augmenter, ajouter ou développer des systèmes de drainage pour gérer les cas de précipitations extremes.

Les choix de stratégie sont difficiles, et le meilleur moment pour des mesures d'adaptation est rarement évident. La meilleure façon d'avancer peut dépendre des ressources et des coûts locaux et externes, des capacités individuelles, sociales et institutionnelles, de l'évolution des marchés, et du cadre politique national. Les avantages de certains choix de techniques et de gestion des changements climatiques ne sont possibles que sous des ensembles particuliers de conditions. Les agents de développement doivent aussi évaluer la vulnérabilité et la résilience des ressources humaines et naturelles afin de mieux répartir et utiliser ces ressources. Cette complexité nécessite une prise de décisions éclairée, détaillée, et planifiée d’avance.

La compréhension et l’adhésion de la communauté

Il faudra que les agents de développement aident les collectivités à comprendre que les réponses aux changements climatiques nécessiteront des mesures vraiment adaptatifs et que les modes climatiques ne reviendront pas à leurs conditions antérieures. Il y a également des risques de panique et de comportements destructeurs à court terme; aussi est-il important d'être conscient de cette situation et de discuter des impacts négatifs de ces comportements avec la communauté avant qu'ils ne surviennent. Cela nécessitera de développer de la confiance et de la crédibilité comme il est requis lorsque l'on travaille avec n’importe quelle communauté.

Pour être efficaces, les stratégies d'adaptation aux changements climatiques doivent également impliquer le renforcement de la compréhension par la communauté des fonctions de l'écosystème local. La gestion adaptative des ressources naturelles locales, par exemple, est plus susceptible de réussir quand un groupe diversifié de membres de la communauté d’un même bassin versant sont impliqués, avec chaque membre apportant son point de vue et ses idées particuliers.

ECHO Summary - MEAS Brief #3 : Figure 4

Figure 4: Conservation des sols de terrasses sur des coteaux pour diminuer l'érosion causée par les grandes tempêtes et le labour annuel (Source: Brian Flanagan).

Pour réaliser une adhésion collective, il est préférable de commencer par des stratégies « sans regret ». Ce sont des stratégies qui permettront de renforcer la résilience globale et améliorer la productivité, indépendamment du fait que des chocs dus aux changements climatiques se produisent ou non. Par exemple, la plupart des stratégies de gestion des terres liées à l'agriculture axées sur la GRN (Fig. 4), non seulement aident les agriculteurs à s’adapter aux changements climatiques, mais aussi leur permettent d'améliorer la résilience et la rentabilité de leurs terres et leurs moyens de subsistance. Il est également important de tester les pratiques potentiellement innovantes pendant que les risques sont faibles.

Les avantages observables des changements de la GRN prennent généralement du temps pour se développer et peuvent être cachés par des contraintes saisonnières. Cela provoque souvent la lenteur de la part des individus et des communautés à mettre en œuvre les changements de la GRN. Cependant, comme les conditions météorologiques locales changent, les petits agriculteurs finiront par être poussés à adopter de nouvelles pratiques.

Les catastrophes peuvent aussi engendrer une adoption rapide et à grande échelle si les agents de développement sont prêts à tirer le meilleur parti de ces moments difficiles mais potentiellement propices à l'apprentissage. Ce fut le cas en Amérique Centrale après l'ouragan Mitch en 1998, où les familles qui n’avaient pas mis en œuvre des barrières de contour vives ou en roches avaient vu leurs parcelles aux flancs des collines emportées par l'érosion et le ruissellement. Sur les terres voisines, où des barrières de contour avaient été utilisées, il y avait soit moins de dégâts ou pas du tout. Ces contrastes observables et frappants ont conduit les familles qui étaient auparavant réticents au changement, à commencer à demander des formations et à adopter les pratiques et les techniques. Comme ils avaient été témoins de l'importance et des interrelations de la GRN et la gestion de l'agriculture, ils pouvaient voir les impacts que ces stratégies avaient. Une autre leçon de l'ouragan Mitch est qu’une technique ou une pratique doit être ciblée à une échelle appropriée qui, dans ce cas, incluait des coteaux dans un bassin versant. Les agents de développement doivent être attentifs à ces moments propices à l'apprentissage et contribuer à encourager les capacités d'innovation et d'adaptation des agriculteurs.

Conclusion

Les défis posés par les changements climatiques sont grands et nombreux. Comme bon nombre des impacts pourraient nuire aux pauvres dans les communautés agricoles rurales, il est essentiel que les agents de développement réagissent pour aider les agriculteurs de petite échelle à s’adapter aux changements. En accédant à l'information à jour sur le sujet, en améliorant la compréhension de la communauté locale sur la situation et en gagnant l’adhésion de l’agriculteur, les praticiens du développement aideront les collectivités à s’adapter aux changements climatiques.

Références

Simpson, Brent M., and C. Gaye Burpee. 2014. Brief # 3 Adaptation under The 'New Normal' of Climate Change: The Future of Agricultural Extension And Advisory Services (Note d’Information n ° 3 : Adaptation dans le cadre de la Nouvelle Norme des Changements Climatiques : L'avenir des services de vulgarisation et de conseil agricoles). Modernizing Extension and Advisory Services.

Simpson, Brent M., and C. Gaye Burpee. 2014. Discussion Paper # 3: Adaptation under the "New Normal" of Climate Change: The Future for Agricultural Extension and Advisory Services (Document d’orientation n °  3  : Adaptation dans le cadre de la Nouvelle Norme des Changements Climatiques : L'avenir des services de vulgarisation et de conseil agricoles). Modernizing Extension and Advisory Services.

Lectures complémentaires

Documents de ECHO :

Agriculture in Times of Climate Change (Best Practices Note #2) [L’Agriculture en temps de changements climatiques (Notes sur les Meilleurs Pratiques n ° 2)]

A Toolkit of Resilient Agricultural Responses to Climatic Challenges in Tropical Asia (Asia Note #16) [Une boîte à outils des réponses agricoles résilientes aux défis climatiques en Asie tropicale (Note d’Asie N ° 16)].

A Toolkit of Resilient Agricultural Responses to Climatic Challenges in Tropical Asia (ECHO Slide Presentation) [Une boîte à outils des réponses agricoles résilientes aux défis climatiques en Asie tropicale (Présentation Powerpoint par ECHO)].

TN 83 logos